La police a révélé jeudi avoir arrêté le directeur général du ministère de l’Agriculture Rami Cohen dans une immense enquête de corruption dans le service public, dans laquelle sont également impliqués de nombreux responsables politiques de haut niveau.

La police a indiqué que Cohen, la plus haute personnalité parmi les non-politiciens arrêtés dans la rafle de mercredi, est soupçonné d’avoir reçu des pots de vin de la part de la vice-ministre de l’Intérieur Faina Kirshenbaum (Yisrael Beitenu).

La détention provisoire de Cohen a été prolongée jeudi de huit jours supplémentaires par le tribunal de Rishon Lezion, avec celles de deux autres personnes arrêtées mercredi.

On compte 31 suspects dans l’enquête, qui se concentre sur un groupe de hauts fonctionnaires du parti Yisrael Beitenu, dont Kirshenbaum. La police a souligné que le chef du parti, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman ne figure pas parmi les suspects.

Les suspects sont accusés d’avoir participé à un plan à grande échelle pour canaliser illégalement des fonds publics vers des organisations à but non lucratif et des administrations locales en échange de pots de vin, de nominations d’amis et de membres de la famille à des postes rémunérés, et d’autres avantages.

Les enquêteurs de la police ont déclaré mercredi dans un communiqué qu’une enquête qui a nécessité un an, a révélé une méthode sophistiquée dans laquelle les suspects et leurs représentants ont illégalement transféré – en utilisant leurs pouvoirs en tant que fonctionnaires publics – d’importantes sommes de fonds publics à [divers] organismes et autorités, en échange d’avantages généreux pour eux ou leurs associés, y compris des nominations, des paiements etc ».

Vingt-quatre suspects sont toujours en garde à vue après que le tribunal ait prolongé mercredi soir leur détention provisoire . Quatre autres personnes, y compris la femme de Cohen, ont été arrêtées, mais ont par la suite été libérées par le tribunal et assignées à résidence.

L’avocat de Cohen, Avi Himi, a déclaré jeudi : « Cohen nous a demandé d’accepter la prolongation de sa détention provisoire parce qu’il croit qu’une enquête plus approfondie démontrera son innocence ».