Le directeur du Mossad, Tamir Pardo, a déclaré lundi qu’Israël avait l’obligation de ramener le corps de l’espion du Mossad Eli Cohen en Israël – depuis la Syrie – pour l’enterrer.

Israël a marqué lundi le 50e anniversaire de la pendaison à Damas de Cohen dans une cérémonie en présence du président, du Premier ministre, de la veuve de Cohen et de leurs trois enfants.

« L’héritage d’Eli ‘Notre homme à Damas’ durera pour toujours. Cela reste notre obligation de ramener Eli à la maison, de l’enterrer en Israël », a déclaré Pardo lors de l’événement, en référence au titre d’un livre sur le légendaire espion.

Nadia Cohen a aussi appelé le gouvernement israélien à retrouver le corps de son mari du sol syrien et à « le ramener à la maison ».

« N’oubliez pas où Eli repose. Il n’est pas avec nous, a-t-elle déclaré. Je demande, pour cette occasion spéciale, que vous fassiez tout ce que vous pouvez pour le ramener à la maison, dans le pays pour lequel il a combattu et payé le prix de sa vie. »

L’agent du Mossad Cohen a été jugé et exécuté par le gouvernement syrien pour espionnage, le 18 mai 1965, après avoir infiltré avec succès le gouvernement syrien sous le faux nom de Kamel Amin Thaabet pendant quatre ans. Les informations transmises à Israël lors de cette période ont été considérées par le Premier ministre de l’époque, Levi Eshkol, comme ayant grandement aidé le pays lors de la Guerre des Six Jours.

Nadia Cohen a fait plusieurs appels – sans succès – au gouvernement syrien pour rendre la dépouille de son mari. En 2008, l’ancien chef du bureau du dirigeant syrien décédé Hafez Assad a déclaré que personne ne savait où Cohen était enterré.

« La tombe a été déplacée un jour ou deux après, a déclaré Monjer Mostley. Nous avions peur qu’Israël envoie des forces pour emporter le corps. »

« Il est difficile de trouver la dépouille de Cohen, a-t-il ajouté. Assad a promis de rendre la dépouille de Cohen, mais lorsqu’il l’a demandé, ses officiels de sécurité lui ont répondu : ‘Monsieur, nous ne savons pas où se trouve sa tombe’, alors il n’a pas pu promettre.

Le président Reuven Rivlin a qualifié lundi Cohen de « héros extraordinaire ».

« On se souvient de peu de gens pendant des générations. Parmi ceux là, il n’y en a presque aucun des héros de la communauté du renseignement, a déclaré Rivlin. Des soldats inconnus qui mettent leurs âmes en jeu et risquent leurs vies à chaque instant sous la couverture du secret.

« Eli Cohen était un extraordinaire héros d’Israël, a-t-il dit. Il méritait que le pays tout entier le connaisse bien et poursuivre son héritage. Nous, citoyens d’Israël, nous souviendrons toujours d’Eli Cohen comme un vrai héros qui a sacrifié sa vie pour notre sécurité et pour la liberté du pays. »