Le chef du principal parti politique arabe israélien a exprimé, vendredi en fin d’après-midi, son opposition à l’utilisation d’armes à feu après la mort de deux policiers israéliens tués par trois Arabes israéliens à côté du mont du Temple vendredi, et déclaré qu’il rejetait la « lutte armée ». Un trublion issu de la même formation a pour sa part estimé que l’attentat de vendredi était largement prévisible au vu des politiques israéliennes mises en oeuvre envers les Palestiniens.

Le président de la Liste arabe unie, le législateur Ayman Odeh, a émis une tiède condamnation de l’attentat terroriste, qui a entraîné la mort de deux policiers druzes israéliens.

« Le combat des citoyens arabes est un combat politique et aucunement une lutte armée », a indiqué Odeh au micro de Radio A-Shams, une station de radio israélienne arabophone. « Nous nous opposons pleinement à l’utilisation d’armes à feu par nos jeunes », a ajouté Odeh selon une traduction transmise par le site d’information Walla.

Puis Odeh a accusé le Premier ministre israélien de transformer le conflit en une querelle religieuse, et demandé la réouverture du mont du Temple, qui a été temporairement fermé après l’attentat.

« Le Premier ministre [Benjamin] Netanyahu, c’est lui qui veut transformer le conflit en le faisant passer d’une querelle politique à une querelle religieuse et c’est pour cela qu’il parraine les entrées provocantes des partisans du mouvement pro-implantation dans le complexe de la mosquée [al Aqsa] », a clamé Odeh. « Le gouvernement doit respecter le caractère sacré de la mosquée Al Aqsa et permettre la continuation des prières sur le site ».

Les deux agents de police décédés ont été identifiés : Il s’agit de Haiel Sitawe et de Kamil Shnaan, tous les deux originaires de villages druzes situés dans le nord d’Israël. Sitawe, 30 ans, venait de la ville de Maghar, une municipalité majoritairement druze et arabe du nord d’Israël. Shnaan, 22 ans, habitait le village druze de Hurfeish, également dans le nord d’Israël. Shnaan était le plus jeune fils de l’ancien législateur travailliste Shachiv Shnaan.

L'adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l'adjudant   Haiel Sitawe, à droite, ont été identifiés comme étant les policiers morts dans l'attentat terroriste perpétré à proximité du complexe du mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet 2017 (Crédit : Police israélienne)

L’adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l’adjudant Haiel Sitawe, à droite, ont été identifiés comme étant les policiers morts dans l’attentat terroriste perpétré à proximité du complexe du mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet 2017 (Crédit : Police israélienne)

Odeh a averti que ne pas autoriser les prières sur le mont du Temple ne pourrait que créer une escalade de la situation. Il a également affirmé qu’il estimait que la couverture de l’attaque de la part des médias israéliens manquait d’envergure, attribuant cela au fait que les victimes étaient druzes et non juives.

Hanin Zoabi, membre de son parti, a pour sa part déclaré sur la Deuxième chaîne israélienne que des attentats comme celui de vendredi étaient « seulement prévisibles » au vu des politiques de répression mises en oeuvre par Israël envers les Palestiniens.

L’identité des trois hommes armés a été rendue publique par les services du Shin Bet : Muhammad Ahmed Muhammad Jabarin, 29 ans, Muhammad Hamad Abdel Latif Jabarin, 19 ans et Muhammad Ahmed Mafdal Jabarin, 19 ans – tous originaires de la ville arabe israélienne d’Umm al-Fahm, dans le nord du pays.

Trois Israéliens arabes nommés par le Shin Bet comme responsables du meurtre de deux policiers israéliens à côté du mont du Temple à Jérusalem le 14 juillet 2017 : Muhammad Ahmed Muhammad Jabarin, 29 ; Muhammad Hamad Abdel Latif Jabarin, 19 et Muhammad Ahmed Mafdal Jabarin, 19. (Crédit : capture d'écran composée de la Deuxième chaîne)

Trois Israéliens arabes nommés par le Shin Bet comme responsables du meurtre de deux policiers israéliens à côté du mont du Temple à Jérusalem le 14 juillet 2017 : Muhammad Ahmed Muhammad Jabarin, 29 ; Muhammad Hamad Abdel Latif Jabarin, 19 et Muhammad Ahmed Mafdal Jabarin, 19. (Crédit : capture d’écran composée de la Deuxième chaîne)

La police israélienne a fermé le mont du Temple pour les prières du vendredi après l’attentat mais Netanyahu a souligné qu’il n’avait pas l’intention de modifier le statu-quo en cours sur le mont du Temple. Le site va être ré-ouvert à la prière, mais graduellement et conformément aux évaluations sécuritaires, a dit Netanyahu vendredi en fin d’après midi.

Dans l’après-midi également, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a fait savoir qu’il avait demandé au maire de Sakhnin, Mazen Ganaim, de publier une condamnation de l’attentat terroriste au nom de toutes les autorités locales arabes. Ganaim est le président du Forum des responsables arabes des communautés locales.

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, lors de la réunion hebdomadaire du parti à la Knesset, le 3 juillet 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, lors de la réunion hebdomadaire du parti à la Knesset, le 3 juillet 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Immédiatement après qu’il a été publié que les terroristes étaient des arabes israéliens, des habitants d’Umm al Fahm, j’ai transmis à Ganaim une demande pour la publication d’un communiqué de condamnation fort », a dit Deri. « A mon grand regret, c’était il y a déjà plusieurs heures et aucun communiqué n’a été émis. Les chefs arabes de conseils locaux savent comment demander au gouvernement d’investir dans les communautés vivant dans les secteurs arabes, de manière à jouir des mêmes conditions de vie que les communautés juives. Ils disent aussi à juste titre être des citoyens d’Israël et ils méritent les mêmes choses. Mais ils ne peuvent pas seulement avoir des privilèges et aucun devoir. Et leur devoir aujourd’hui est de condamner fortement ceux qui ont perpétré l’attentat meurtrier à Jérusalem de ce matin », a dit Deri, selon un article publié par le site internet Israel National News.

Les forces de sécurité israéliennes inspectent le site d'un attentat dans la Vieille ville de Jérusalem le 14 juillet 2017 (Crédit : (Thomas COEX/AFP PHOTOS)

Les forces de sécurité israéliennes inspectent le site d’un attentat dans la Vieille ville de Jérusalem le 14 juillet 2017 (Crédit : (Thomas COEX/AFP PHOTOS)

Ali Salem, le maire de Nazareth, la plus grande ville arabe d’Israël, a écrit une lettre personnelle condamnant l’attentat au Premier ministre Netanyahu et à Deri.

Vendredi en fin d’après-midi, Netanyahu a ordonné à la police de démanteler les chapiteaux montés pour les terroristes à Umm al Fahm.

Dans une discussion avec le chef de la police Ronnie Alsheikh, le chef d’Etat-major des armées Gadi Eisenkot, le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, le dirigeant du service sécuritaire du Shin Bet Nadav Argaman, le ministre de la Défense Avigdor Liberman et le coordinateur des Activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) Yoav Mordechai, Netanyahu a déclaré que les arrangements sécuritaires des routes menant au mont du Temple devaient être significativement renforcés.

L’enquête consacrée aux circonstances dans lesquelles les terroristes ont pu entrer dans le complexe continuera ce week-end, a fait savoir le Premier ministre.