Le président du parti séfarade ultra-orthodoxe Shas, Aryeh Deri, a présenté mardi soir sa démission officielle du Parlement, défiant théoriquement le conseil religieux de son parti – qui lui a demandé de rester à la tête du parti.

Cependant, sa décision n’a pas de signification pratique puisque la Knesset a déjà été dissoute avant les élections du 17 mars 2015 et la question de savoir si Deri continuera à diriger Shas peut rester en suspens pendant plusieurs semaines.

Deri a officiellement présenté sa lettre de démission au président de la Knesset sortante Yuli Edelstein à 19h30. Elle prendra effet jeudi soir.

Le site d’information ultra-orthodoxe Kikar Hashabat rapporte que la place de Deri à la Knesset devrait être remplie par Lior Edri, un proche de Moshe Yosef, un fils du défunt chef spirituel du parti Ovadia Yossef.

Pendant la journée de mardi, Deri a rendu visite aux différents membres du Conseil des sages de la Torah qui supervise la politique du parti Shas. Au cours de ces rencontres, Deri a convaincu les membres du conseil que son désir de quitter la vie politique était sérieux.

Lors d’une interview à la Deuxième chaîne, le député Yitzhak Cohen du Shas a reconnu que le parti connaissait de graves difficultés.

« Shas n’est pas dans une position facile en ce moment, a-t-il dit. Il s’agit d’une véritable crise. J’espère qu’il ne démissionnera pas. »

Cohen a déclaré que les membres du parti ont essayé de persuader Deri de changer d’avis.

La situation, qui menace de provoquer l’effondrement du parti, survient au lendemain du jour où Deri a envoyé une lettre au Conseil des sages leur disant qu’il voulait quitter la politique après qu’une vidéo a été divulguée montrant feu Ovadia Yosef dénonçant Deri et lui préférant apparemment son rival, l’ancien président Eli Yishai, qui a récemment quitté le Shas et créé son propre parti.

La lettre, qu’un expert du journal télévisé a qualifiée de protestation symbolique de la part de Deri, a été rejetée par le conseil, qui a demandé à Deri de rester à la tête du parti.

« La douleur qui a transpercé hier mon cœur était pire que lorsque le rabbin Ovadia Yosef, de mémoire bénie, est mort », a écrit Deri. Le cœur est déchiré à la lumière de la profanation terrible du nom de Dieu, le mépris de la Torah et l’insulte à l’honneur de notre maître. »

Le vétéran de la politique a ensuite déclaré qu’il renonçait au mandat de président du parti que lui avait confié  le conseil et qu’il se retirait de la politique.

Après avoir reçu la missive de Deri, le Conseil des sages, qui régit toutes les grandes décisions politiques dans le parti ultra-orthodoxe sépharade, s’est réuni pour examiner la question et a dit plus tard qu’il rejetait la demande de Deri.

Des sources à l’intérieur du parti ont indiqué qu’il y a peut-être des centaines d’heures de vidéos non visionnées montrant Yossef en train d’aborder divers sujets, dont certains pourraient être utilisés comme des munitions dans l’affrontement qui oppose Deri et Yishai.

La vidéo, qui a été diffusée dimanche et qui présentait une conversation ayant eu lieu en 2008, a mis le parti en difficulté alors qu’il était déjà sous le choc du départ d’Yishai, qui a lancé son propre parti pour concurrencer la maison mère des ultra-orthodoxes sépharades.

Yossef exprimait ses peurs sur un possible retour de Deri à la tête du parti après que ce dernier a passé deux ans en prison – il était aussi privé de participation à la vie publique – à la suite d’une condamnation pour corruption en 1999.

« 30 ou 40 % des militants quitteront [le Shas]. Pourquoi ? Parce qu’il a été condamné en justice. Pourquoi prendre un voleur ou un corrompu ? », demandait Ovadia Yossef.

Deri est revenu à la politique après 13 ans d’interruption et a été réinstallé en 2012 par Yossef en tant que co-directeur du parti du Shas avec Yishai qui a dirigé le parti ultra-orthodoxe pendant l’incarcération de Déri.

Malgré ses vives critiques, Yossef a nommé Deri, unique chef du parti en 2013, peu avant sa mort.

Environ 40 dirigeants du parti, y compris quatre des enfants de Yossef, se sont rassemblés sur la tombe de Yossef à Jérusalem pour une conférence de presse et ont fustigé Yishai.

« Il n’y a pas de pardon pour ce qu’il a fait », (faire fuiter les enregistrements), a déclaré David Yossef, qui est aussi un membre du conseil du Shas. Il a qualifié Yishai « d’effronté ».

Dans l’enregistrement, pourtant, on entend clairement Yossef soutenir Yishai.

“[Deri] ne m’écoutera pas, je sais cela par expérience, il est trop indépendant », a déclaré le rabbin à son fils dans l’enregistrement. Votre mère était en pleurs, n’est-ce pas mal ? Je lui ai parlé à plusieurs reprises, et il n’a pas voulu écouter », a-t-il déclaré.

La rivalité de longue date entre Yishai et Deri a été remise au goût du jour après la mort de Yossef en 2013. Les deux se sont disputés à de nombreuses reprises sur le rôle de Yishai dans le parti ; Deri accusant Yishai de saper son autorité pour reprendre la présidence du parti.

Des tensions ont atteint un paroxysme ce mois-ci lorsque Yishai a quitté le Shas et a formé un nouveau parti, Ha’am Itanu (Le peuple est avec nous).