« Qui est Français ? ». La quasi-totalité des élèves d’une classe lève la main. « Qui se sent Français ? ». On ne voit aucun bras ou presque en l’air. C’est cette réalité, difficile, qu’ont mis en exergue le réalisateur marocain Mohammed Ulad et l’avocate Isabelle Wekstein-Steg dans leur documentaire « Les Français, c’est les autres » qui passera sur la Première chaîne israélienne le 21 janvier à 23 heures.

Sorti il y a un an sur France 2, le documentaire explore avec délicatesse un sujet potentiellement explosif : le manque de lien affectif existant entre les jeunes issus de l’immigration principalement d’origine maghrébine et africaine et la France.

« Les Juifs sont riches et radins », « Les Arabes sont des voleurs et des terroristes, les Noirs des sauvages », « Les Français sont les Blancs, blonds aux yeux bleus. »

Quand les deux journalistes demandent aux jeunes d’associer des ethnies à des préjugés, les classiques fusent.

Télérama expliquait lors de la sortie du documentaire en 2016 que « Le tandem écoute, pousse les élèves dans leurs retranchements pour secouer leur vision du monde souvent simpliste et mâtinée de théories complotistes dans lesquelles ils se complaisent.

« On sortait sidérés de ces rencontres. Les jeunes face à nous étaient à la fois pathétiques et ­touchants », explique Mohamed Ulad ».