L’ancien comptable d’Auschwitz Oskar Gröning s’est une nouvelle fois dit « désolé » au dernier jour mardi de son procès, dont le verdict devrait être rendu mercredi en Allemagne, tandis que sa défense plaidait l’acquittement.

« Auschwitz est un endroit auquel personne n’aurait dû participer », a déclaré d’une voix tremblante l’accusé, âgé de 94 ans, au terme de près de trois mois d’audience à Lunebourg pour « complicité » de 300 000 meurtres aggravés.

« J’en suis conscient. Je regrette sincèrement de ne pas l’avoir réalisé plus tôt et de manière plus conséquente. Je suis profondément désolé », a déclaré l’ancien SS, qui avait assumé dès l’ouverture de l’audience une « faute morale » et demandé « pardon ».

La défense a cependant plaidé l’acquittement, insistant sur les tâches administratives du jeune homme alors âgé de 23 ans, chargé de trier les devises prélevées sur les déportés et de les envoyer à l’administration centrale.

« Le rôle de Gröning à Auschwitz était minime », a insisté Me Susanne Frangenberg, dont le client pourrait être le dernier accusé à répondre en justice des crimes du IIIe Reich.

Le parquet avait requis mardi dernier trois ans et demi de prison contre l’ex-soldat nazi, mettant en balance sa « contribution mineure » à l’extermination des Juifs avec l’ampleur « inimaginable » de l’extermination.

Le procureur était resté dans le bas de la fourchette de trois à 15 ans de prison encourus par Gröning pour son rôle supposé, au printemps 1944, dans l’envoi dans les chambres à gaz d’au moins 300 000 Juifs hongrois dès leur arrivée à Auschwitz.

L’ancien SS a reconnu avoir assumé trois tours de garde sur la rampe d’arrivée d’Auschwitz-Birkenau: pour l’accusation, il « cachait » les bagages des précédents convois pour éviter tout mouvement de panique parmi les déportés envoyés à la mort.

Oskar Gröning assure de son côté qu’il s’agissait « d’empêcher les vols ».