WASHINGTON — Le Congrès était en vacances parlementaires lorsque la nouvelle de l’accord avec l’Iran est tombée jeudi après-midi, mais même dans leurs districts respectifs, les législateurs qui s’opposent à l’accord ont promis de prendre des actions rapides quand ils reviendront à Washington plus tard ce mois.

Le chef de la Chambre des Représentants américains, le Républicain John Boehner, a déclaré qu’il était préoccupé au sujet d’un accord à venir avec l’Iran et voulait que le Congrès revoie les détails de tout accord avant de lever les sanctions.

Dans une déclaration écrite, Boehner a déclaré que sa visite au Moyen-Orient cette semaine l’a inquiété sur les efforts de l’Iran pour diffuser le terrorisme. Il explique qu’il serait naif de croire que Téhéran n’utilisera pas son programme nucléaire et de croire à un assouplissement des sanctions économiques « pour déstabiliser davantage la région ».

Boehner a déclaré que l’ébauche d’accord de jeudi était « un écart alarmant » des objectifs originaux de la Maison Blanche.

Et tandis que certains élus démocrates ont proposé une réponse calme à l’annonce que les négociateurs du P 5+1 ont obtenu un accord politique cadre avec l’Iran, l’une des voix les plus sceptiques des négociations a déclaré qu’il attendait de voir les détails de l’accord.

Le sénateur américain Bob Corker (R-TN), président du Comité des Relations Etrangères du Sénat, a répondu rapidement à l’annonce qu’un accord politique cadre avait été atteint avec l’Iran, mais a aussi préconisé une dose de prudence.

« Un Iran pourvu d’armes nucléaires conduirait à un monde moins sûr et c’est pourquoi les enjeux sont si importants dans la poursuite d’un accord fort que l’on peut totalement faire respecter, vérifier et dans nos intérêts nationaux sécuritaires », a déclaré le sénateur Bod Corker.

« Il est important que nous attendions de voir les détails spécifiques de l’annonce d’aujourd’hui, et alors que les P5+1 travaillent à un accord final, nous devons rester clairvoyants concernant la résistance continue de l’Iran pour des concessions, sa longue histoire de couverture des activités liées aux armes nucléaires, son soutien au terrorisme et son rôle actuel dans la déstabilisation de la région ».

Corker a réitéré son opposition à l’actuel plan d’un accord final, qui premettrait de, selon ses propres mots, « contourner le Congrès et passer directement par le Conseil de sécurité des Nations unies ». Il souhaite que le Congrès puisse être autorisé voter pour autoriser ou non la signature d’un accord final. L’accord de jeudi est un tremplin tandis que les P5 + 1 et l’Iran États regardent vers la date limite en juin pour parvenir à un accord global.

Une proposition de loi, dite Corker-Menendez, doit faire l’objet d’un vote à la commission des Affaires étrangères du Sénat le 14 avril, quand le Congrès reviendra de congés. La loi forcerait Barack Obama à donner 60 jours au Congrès pour examiner et éventuellement bloquer, par un vote, tout accord nucléaire. La Maison Blanche refuse cette approche et estime que l’engagement de l’exécutif suffit, et que l’immixtion du Congrès risque de créer un précédent.

Le sénateur du Tennessee a annoncé en mars que le Comité des relations étrangères du Sénat votera le projet de loi le 14 avril, après les vacances du Congrès. Corker soutient que malgré la promesse d’un veto présidentiel, et la forte pression de l’administration sur les démocrates du Sénat de ne pas voter pour le projet de loi, il y a « de plus en plus un soutien bipartisan pour examen au Congrès de l’accord sur le nucléaire ».

« Je suis convaincu que l’on aura un vote massif pour la Loi sur l’examen de l’Accord nucléaire de l’Iran lorsque le Comité des relations étrangères du Sénat le présentera le 14 avril », écrivait-il dans un communiqué jeudi.

Mais les républicains sont unis derrière cette stratégie et ont réussi à convaincre un nombre notable de démocrates, comme Robert Menendez.

Le président républicain de la commission, Bob Corker, a confirmé qu’il ne reporterait pas le vote du 14 avril.

« Il est important d’attendre de voir les détails spécifiques de l’annonce d’aujourd’hui », a déclaré Bob Corker. Mais il a prévenu: « Je suis certain que le vote sera très largement en faveur » de sa loi.

Son partenaire démocrate, Robert Menendez, a réitéré son soutien, dans un communiqué au ton certes mesuré.

Il a offert une déclaration inhabituellement édulcorée dans laquelle il a continué à réaffirmer l’importance du projet de loi dont il a coparrainé avec Corker.

« Mené par le Secrétaire d’Etat John Kerry et le secrétaire de l’Energie Ernest Moniz, nos négociateurs ont travaillé sans relâche tout au long de ces négociations et l’annonce d’aujourd’hui mérite examen et une analyse rigoureuse », a écrit Menendez, s’arrêtant là dans ses lounages explicite des efforts et des résultats des responsables.

Si on doit être honnête, Menendez semblait plutôt prudent lorsqu’il a suggéré que « dans les prochains jours, cette compréhension préliminaire recevra un examen minutieux, et pour cette raison, le Congrès doit s’acquitter de sa responsabilité de contrôle ».

Certains démocrates ont prudemment joué avec les limites – en n’accueillant pas l’accord à bras ouverts mais tout en ne le rejetant pas non plus.

Jerrold Nadler Congrès (D-NY) a publié une déclaration dans laquelle il a souligné que « la perspective d’un Iran doté de l’arme nucléaire est tout simplement intolérable, et je ai longtemps dit que nous devons faire tout ce que nous pouvons faire pour empêcher l’Iran n’obtienne jamais de tels des armes ».

« Après des mois de travail de la coalition internationale du P5 + 1, le président a annoncé un nouveau cadre visant à empêcher un Iran nucléaire », a-t-il poursuivi, sans révéler sa propre opinion sur l’accord. « Cependant, les détails spécifiques de l’accord doivent encore être élaborées au cours des prochains mois, et ils seront essentiels pour déterminer si oui ou non l’accord négocié sera l’approche la plus efficace pour empêcher l’Iran d’obtenir des armes nucléaires ».

« Afin d’évaluer correctement et sobrement, nous aurons aussi besoin de bien comprendre les alternatives à un tel accord, a ajouté Nadler. La question ultime ne sera pas ‘Est-ce le meilleur accord du monde ? », mais plutôt : ‘Est-ce le meilleur plan d’action – des options qui s’offrent à nous – pour empêcher l’Iran d’obtenir des armes nucléaires ? ».

A l’inverse, des républicains très hostiles à tout accord avec Téhéran ont rejeté l’entente annoncée jeudi, au motif que l’Iran conservera une capacité d’enrichissement, de recherche et développement, et son installation souterraine de Fordo.

La réponse de la républicaine Lois Frankel à l’annonce de l’accord était froide. « L’Iran est le plus grand Etat qui parraine le terrorisme et son programme nucléaire est une menace pour l’Amérique, à nos alliés au Moyen-Orient et pour l’ordre mondial », écrit-elle dans un communiqué jeudi soir.

« Notre travail au Congrès est d’obliger l’administration à tenir sa promesse qu’aucun accord vaut mieux qu’un mauvais accord pendant que les détails du cadre initial sont échafaudés ».

Mais le Conseil national juif démocrate (NJDC) a salué les efforts de l’administration, même si elle a reconnu qu’il existait des clivages importants dans l’opinion des électeurs sur la question.

« Nous saluons le président Obama et le secrétaire d’Etat John Kerry, ainsi que leur personnel, pour leur travail acharné sur ces négociations et nous sommes soucieux d’avoir plus de détails avant l’accord final en juin », a écrit jeudi le président du NJDC Greg Rosembaum.

« Alors que nous tournons nos regards vers un accord final et la poursuite des négociations, nous sommes prudemment optimistes qu’un compromis puisse être atteint qui satisfera toutes les parties ».

Rosembaum a reconnu que « ces négociations sont controversés à la fois dans la communauté juive et la population américaine – et particulièrement en Israël », mais a déclaré que l’organisation s’est sentie « encouragée par l’annonce d’aujourd’hui et j’espère que les personnes de part et d’autre reconnaîtront l’importance de ces paramètres convenus ».

Le républicain Peter Roskam, le coprésident de la Chambre républicaine du caucus d’Israël, n’a pas mâché ses mots pour critiquer l’accord.

« Un an de pourparlers n’a seulement donné lieu à plus de discussions et à des contours d’un accord final dangereux avec l’Iran qui ne fait pas de progrès tangibles sur les préoccupations de sécurité légitimes du peuple américain et de la communauté internationale », se plaint Roskam.

« La déclaration de progrès annoncée aujourd’hui promet au régime iranien tout ce qu’il veut : des milliards de dollars et la levée de sanctions supplémentaires, une légitimité renouvelée sur la scène internationale, et la permission explicite de maintenir en permanence une infrastructure nucléaire robuste. En échange, les États-Unis et nos partenaires auront, au mieux, des restrictions minimales sur des aspects périphériques du programme nucléaire de l’Iran et plus de promesses vides de la part d’un régime dictatorial qui continue de parrainer les pires organisations terroristes dans le monde, d’emprisonner des citoyens américains innocents, et d’appeler à la la destruction des États-Unis et d’Israël ».

Roskam, comme Corker, a souligné que « les républicains et les démocrates sont d’accord que tout accord final doit d’abord être soumis au Congrès pour un simple vote ».

« En attendant, le Congrès devrait examiner immédiatement d’éventuelles sanctions bipartisanes sur l’Iran afin de s’assurer que, si les négociations échouent, les Etats-Unis répondent immédiatement et avec force avec une pression économique sur Téhéran, » Roskam suggéré.

« Alors que l’administration a évidemment perdu de vue ses propres objectifs dans son désespoir de démontrer un semblant de progrès dans ces pourparlers, leur première mesure de réussite reste vrai aujourd’hui – pas d’accord vaut mieux qu’un mauvais accord. »

Le directeur exécutif de la Coalition juive républicaine, Matt Brooks, a également souligné que « le moment est venu pour le projet de loi Corker-Graham-Menendez d’être adopté, afin que cet accord soit transparent et soit soumis à la nécessaire surveillance du Congrès. »

Dans un communiqué, Brooks a écrit qu’ « il est troublant de constater que les Iraniens soient si heureux de cette entente. »

Le sénateur Marco Rubio, probable candidat à la présidentielle de 2016, a évoqué « une erreur colossale ». Deux de ses rivaux probables, Jeb Bush et Scott Walker, ont dénoncé des concessions américaines excessives.

« L’Iran n’est pas obligé de dévoiler ses activités militaires passées et la plupart des clauses de l’accord expireront dans un avenir proche », a dit Jeb Bush.

« Neville Chamberlain a signé un meilleur accord avec Adolf Hitler », a fustigé le sénateur Mark Kirk, co-auteur de plusieurs lois de sanctions contre l’Iran, en référence aux accords de Munich en 1938.

Le président américain a exhorté les parlementaires à ne pas s’opposer au processus diplomatique en cours.

« Si le Congrès tue cet accord, sans se fonder sur des analyses d’experts et sans proposer d’autre solution raisonnable, alors les Etats-Unis seront accusés d’avoir fait échouer la diplomatie », a-t-il déclaré. La Maison Blanche devrait commencer un siège du Congrès pour convaincre les élus.

Anticipant un débat qui s’annonce difficile, le chef des démocrates du Sénat, Harry Reid, a adressé un conseil à ses collègues : « Dans les prochains jours et prochaines semaines, nous devons tous respirer un grand coup, examiner les détails et laisser le temps à ce processus extrêmement important de se développer ».