WASHINGTON – La Chambre des représentants américaine a approuvé une loi qui récompense le président israélien Shimon Peres en l’honorant de la Médaille d’or du Congrès.

Le vote de lundi survient après que le Sénat américain ait adopté une démarche similaire.

Peres, qui a 90 ans et dont le mandat se termine en juillet, doit se rendre aux États-Unis vers la fin du mois de juin et rencontrer le président Barack Obama, qui l’avait déjà honoré de la Médaille présidentielle de la liberté en 2012.

Il ne sera probablement pas une cérémonie officielle à ce moment-là en raison du temps qu’il faut pour que la US Mint [l’organisme officiel qui fabrique les médailles] lance une nouvelle médaille.

Les projets de loi ont été parrainés par les sénateurs Michael Bennet et Kelly Ayotte au Sénat et les représentants Trent Franks et Joe Kennedy à la Chambre.

« Depuis plus de 70 ans, le président Shimon Peres s’est consacré à la relation durable qui unit Israël et les Etats-Unis », a déclaré le député Kennedy dans un communiqué.

« Il n’y a pas eu de plus grand défenseur de nos valeurs et de défenseur de nos intérêts communs partagés. L’adoption de ce projet de loi signifie que le Congrès et que le peuple américain soutiennent ensemble Israël et sa population ».

Premier lobbyiste dans le cadre de ce vote, le Groupe Friedlander, un groupe de pression basé à New York, n’a pas ménagé ses efforts.

Peres devient l’une des neuf personnes à gagner deux médailles, celle du Congrès et celle du Président, les plus hautes distinctions civiles américaines.

Parmi les autres sont Natan Sharansky, l’ancien refuznik qui dirige maintenant l’Agence Juive pour Israël, l’écrivain Elie Wiesel qui est comme Peres, lauréat du prix Nobel de la paix, et Simon Wiesenthal, le chasseur de nazis, et Menachem Mendel Schneerson, le défunt leader du mouvement Loubavitch .