Le président du Congrès juif mondial (CJM), Ronald Lauder, a réclamé lundi un sursaut sécuritaire « au niveau européen » contre le radicalisme islamiste, après l’arrestation d’un Français au profil djihadiste pour l’attaque meurtière contre le Musée juif de Bruxelles.

« Les forces de sécurité en Europe doivent être considérablement renforcées, elles ne sont pas encore capables » de faire face au « mouvement général de radicalisme » qui se développe en Europe, a souligné le responsable américain dans une conférence de presse.

Venu à Bruxelles à la tête d’une délégation du CJM pour soutenir la communauté juive de Belgique et réclamer des mesures de sécurité, il a notamment plaidé en faveur d’un « effort au niveau européen » en matière de renseignement face au danger représenté par les combattants européens en Syrie, « qui reviennent dans une Europe qu’ils haïssent et ayant appris à tuer ».

Il a mis en avant le fait que l’auteur présumé de la tuerie du Musée juif, Mehdi Nemmouche, a été « arrêté par hasard » à Marseille, vendredi, alors « qu’il figurait déjà sur une liste en Allemagne en tant que terroriste potentiel ».

« Il faut les arrêter avant » qu’ils ne puissent sévir, ces individus, a insisté M. Lauder.

Plus largement, l’Europe doit se prémunir contre toutes les formes de stigmatisation de populations, a-t-il ajouté, établissant un parallèle entre la situation actuelle et celle prévalant dans l’Europe d’avant le nazisme des années 30, sur fond « de problèmes économiques ».

La communauté juive de Belgique va par ailleurs demander « en priorité au gouvernement une intervention financière » pour assurer sa sécurité, « comme cela se fait en France ou au Royaume-Uni », a pour sa part affirmé le président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique, Maurice Sosnowski.

La communauté, qui compte environ 40 000 personnes et assume jusque là seule « ce fardeau financier » avait déjà fait une telle demande il y a plusieurs années, pour payer matériel et vigiles, mais sans résultat, pour des « questions de législation », a-t-il expliqué.

M. Sosnowski a aussi exhorté l’Europe à faire « une priorité de la lutte contre la la propagation de haine sur la toile ».

« Depuis des années nous dénonçons un regain de l’antisémitisme (…) nous avons dû attendre cette tragédie pour être entendu », a-t-il déploré, tout en se déclarant « très encouragé par la réaction des autorités belges ».

La délégation du CJM devait notamment être reçue par le Premier ministre belge, Elio Di Rupo et les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Joëlle Milquet et Annemie Turtelboom.