Certains législateurs démocrates peuvent boycotter le discours controversé du Premier ministre Benjamin Netanyahu au Congrès, cela signifie simplement qu’il y aura plus de sièges pour les masses qui se rueront pour y assister.

« Les places sont plus chaudes que des latkes frais », a déclaré au New York Times le sénateur démocrate de New York Charles E. Schumer.

L’hyperbole, alors que le battage médiatique entoure ce discours dans lequel Netanyahu devrait présenter au Congrès son argumentaire pour repousser un accord nucléaire entre les Etats-Unis et l’Iran actuellement en cours d’élaboration, ne s’arrête pas là.

« Si Taylor Swift et Katy Perry faisaient un concert commun au Madison Square Garden vêtues de robes blanches et or et noires et bleues, accompagnées de requins dansants et de lamas, ce serait la seule manière d’avoir plus de difficultés d’obtenir une place », a déclaré Michael Steel, un porte-parole de président de la Chambre John Boehner, qui avait invité Netanyahu sans en informer la Maison Blanche, suscitant la colère de l’administration Obama et de plusieurs parlementaires démocrates.

Lee Zeldin, élu de New-York et seul républicain juif au Congrès, a déclaré : « Si j’avais été le seul responsable pour remplir la galerie, il [le Congrès] aurait été rempli en une minute. »

Jeff Forbes, un consultant politique de Washington, a expliqué l’enthousiasme pour les places comme un signe de l’atmosphère qui entoure ce discours.

« C’est un événement majeur à un moment important dans une zone critique du monde auquel s’est maintenant ajoutée l’énigme de la politique de Washington. »

Le discours intervient seulement quatre semaines avant la date limite – pour un cadre politique sur la question nucléaire – du 31 mars.

Il a également lieu deux semaines avant les élections israéliennes du 17, où Netanyahu espère être réélu pour un troisième mandat consécutif. Les critiques l’ont accusé de chercher à influencer les électeurs avec le spectacle de sa détermination contre Obama.

Cette semaine, l’AIPAC a organisé à Washington sa conférence annuelle, attirant encore plus de partisans d’Israël dans la ville et donc plus de demandes de places.

Un nombre record de 16 000 personnes assistent à la conférence de l’AIPAC, dont la plupart ont entendu lundi Netanyahu roder son argumentaire.

Bien que des dizaines de membres démocrates du Congrès ont décidé de ne pas assister au discours de Netanyahu en signe de protestation, leurs sièges ne seront pas vides.

Le Representant John Yarmuth a promis son siège à un électeur, tout comme son collègue Alan Lowenthal, a rapporté le New York Times.

Néanmoins tous les membres du Congrès n’ont pas été submergés de demandes.