L’instance suprême du Likud a demandé lundi soir au Premier ministre Benjamin Netanyahu de renvoyer temporairement trois de ses conseillers, qui ont aussi un poste dans la direction du parti, jusqu’à la fin des primaires du parti qui devraient avoir lieu mercredi.

Cette décision prépare le terrain pour que Netanyahu puisse se présenter aux primaires du Likud après que sa candidature a été rejetée la semaine dernière par le contrôleur du parti, Shai Galili. Ce dernier explique que le comportement de Netanyahu est en violation avec la loi sur les partis politiques.

Les conseillers seront congédiés au moins jusqu’à mercredi minuit, à moins qu’il ne soit nécessaire d’organiser un deuxième tour pour déterminer un vainqueur.

L’instance du Likud a aussi interdit à Netanyahu de faire campagne pour sa réélection à la direction du parti en utilisant le personnel du parti et ses bureaux.

Le contrôleur du parti a la compétence pour disqualifier un candidat qui viole la loi sur les partis politiques.

Selon Israel Radio, le procureur général David Shimron, qui a représenté Netanyahu, a déclaré que même si le Premier ministre avait involontairement violé la loi sur les partis politiques en raison de son comportement, il prendrait les précautions nécessaires pour que cela ne se reproduise plus.

Parmi les exemples avancés par Galili pour étayer ses accusations selon lesquelles Netanyahu aurait utilisé les biens et le personnel du parti pour faire campagne, il cite la conférence qui a eu lieu dans la salle Metzudat Zeev – qui appartient au Likud – pour l’organisation de conférence politique ou l’utilisation du personnel du parti pour faire campagne.

Galili explique qu’il était conscient des conséquences inhabituelles qu’aurait sa décision de menacer de disqualifier Netanyahu pour les primaires du parti.

Le contrôleur du parti a précisé la semaine dernière que les violations du Premier ministre de la loi sur les partis étaient « tellement considérables qu’il n’y avait aucune autre alternative que de le sanctionner en le disqualifiant ».

Selon le quotidien Haaretz, Netanyahu aurait reçu l’instruction de ne se séparer que de deux de ses conseillers – son conseiller politique, Kobi Tzoref, et son chef de cabinet au Metzudat Zeev, Hany Bleivis.