Alors que la France a été frappée mercredi par une attaque terroriste présumée contre des soldats, le CRIF, le Conseil représentatif des institutions juives de France, a suggéré que l’incident mettait en lumière l’indifférence à la violence antisémite.

Le CRIF a publié mercredi sur sa page Facebook un communiqué pince-sans-rire, qui se demande si les autorités allaient demander une évaluation psychiatrique du suspect qui a fui après avoir renversé six soldats avec sa voiture à Levallois-Perret, en région parisienne. Deux soldats ont été plus gravement blessés, mais leurs jours ne sont pas en danger.

« A votre avis, est-ce un déséquilibré qui va être mis en unité psychiatrique jusqu’à ce que l’on puisse l’interroger sur les raisons de son acte ? », a demandé le CRIF sur sa page Facebook au sujet de l’attaquant de Levallois-Perret.

Cette suggestion provocante fait référence au traitement réservé par les autorités et les médias au meurtre de Sarah Halimi, une femme juive tuée en avril par un musulman qui a été envoyé en observation après avoir plaidé la folie, alors même qu’il n’a jamais été soigné pour une pathologie psychiatrique. Il avait fait référence à Allah tout en tuant Halimi, sa voisine, dont il aurait une fois traité la fille de « sale juive ».

Le CRIF a vigoureusement fait campagne pour l’inclusion de la circonstance aggravante d’antisémitisme dans la mise en examen pour meurtre de Kobili Traore, l’assassin d’Halimi. L’absence de cet élément est une « couverture » du caractère antisémite du crime, a affirmé le président du CRIF, Francis Kalifat.

Les médias français n’ont commencé à parler de la mort d’Halimi que plus de deux mois après son assassinat.

Patrick Balkany, le maire de Levallois-Perret, a déclaré à une radio française que l’attaque ayant eu lieu dans sa ville semblait être « délibérée ». Un suspect a depuis été arrêté.

A lire : En quête de justice, le frère de Sarah Halimi voit dans son meurtre macabre un « avertissement » pour les Juifs français

Sarah Halimi (Crédit : autorisation de la Confédération des Juifs de France et des amis d’Israël)

Sarah Halimi (Crédit : autorisation de la Confédération des Juifs de France et des amis d’Israël)