Un débat à la Knesset dimanche sur un plan controversé visant à réinstaller les Bédouins dans les villes du sud d’Israël construites par le gouvernement a été reporté, suite à une intense pression de la part des dirigeants bédouins et des groupes de défense des droits arabes.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Uri Ariel, a accepté de reporter une audience sur le « plan Prawer » – techniquement suspendu en 2013 – appelant à la relocalisation de 40 000 à 70 000 Bédouins du Néguev de villages non reconnus vers des conseils locaux planifiés.

« Après des pourparlers le week-end avec les dirigeants bédouins et le Premier ministre, je repousserai temporairement la discussion, » a déclaré Ariel dimanche.

« Je vais bientôt tenir des audiences publiques avec tous les partis afin de former un cadre approprié pour mettre fin à la situation actuelle. Nous continuerons de promouvoir la loi en conformité avec le cadre », a-t-il affirmé.

Au cours des dernières années, Israël a essayé d’appliquer une politique de déplacement des Bédouins hors des terres étatiques et vers des villages reconnus, mais l’Etat a rencontré une opposition féroce, y compris des manifestations violentes, l’année dernière.

Le gouvernement fait valoir que la population croissante exige une planification et une urbanisation, tandis que les militants arabes maintiennent que le plan revient à accaparer des terres, inspiré de préjugés anti-arabes.

Ariel a été chargé du portefeuille bédouin par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans le cadre des exigences de coalition du parti HaBayit HaYehudi, dont Ariel est membre.

Le projet de loi Prawer a été abandonné en décembre 2013, mais de nombreux législateurs ont appelé à la relance de la question sous une forme ou une autre, tandis que les pauvres villages bédouins, de faible densité, prolifèrent dans des terres étatiques du désert du Néguev, provoquant à l’environnement des dommages dans la flore et la faune locales.

Les villages sont considérés comme illégaux par le gouvernement israélien, ayant été construits sans permis ou réglementation. Beaucoup se composent de logements temporaires construits à partir d’étain et de matières recyclables.

Le parti de la Liste arabe unie a appelé Netanyahu dimanche à abandonner entièrement le débat sur le Plan Prawer – qui est « une déclaration de guerre à la société arabe », selon un communiqué du parti – et à s’engager dans un processus de « dialogue avec le leadership de l’opinion publique arabe ».

« Cette loi, visant ostensiblement à réglementer la propriété foncière dans le Néguev, conduira à la confiscation de plus d’un demi-million de dunams dans le sud et au déplacement de plus de quarante communautés arabes », dit le communiqué.

En juin, des centaines de manifestants se sont rassemblés devant les bureaux gouvernementaux de Beer Sheva pour manifester contre la démolition imminente du village bédouin non reconnu d’Umm al-Hiran et son remplacement par une ville juive.

En mai, des représentants de la Liste arabe unie ont défilé depuis un autre village non reconnu bédouin vers Jérusalem dans une marche de protestation de quatre jours exigeant une planification plus équitable pour les 260 000 personnes vivant dans les 36 villages dans le sud d’Israël.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article