Plusieurs sites de vente de déguisements en ligne ont été pris pour cible sur les réseaux sociaux pour avoir proposé à la vente « un costume d’Anne Frank », une adolescente juive déportée et morte à 15 ans à Bergen-Belsen.

Son célèbre journal intime, qui a sauvé de l’oubli son histoire tragique, retrace ses deux années de clandestinité à Amsterdam, avant son arrestation par la Gestapo.

« On peut ainsi voir sur le site HalloweenCostumes.com la photographie d’une fillette portant un manteau bleu foncé, un béret vert et une sacoche en bandoulière ; elle est souriante. La ‘panoplie’ spéciale Halloween, vendue 25 dollars, est 100 % polyester, » rapporte Euronews.

Le site de vente précise : “La Seconde Guerre mondiale a créé des héros inattendus, tels qu’une jeune fille comme Anne Frank […]. Avec simplement un journal et de l’espoir, elle peut devenir une inspiration pour nous tous […] Maintenant, est-il encore écrit, votre enfant peut jouer le rôle d’un héros de la Seconde Guerre mondiale avec ce costume”.

A ce jour, toutes les sociétés de vente en ligne proposant ce costume n’ont pas retiré le produit de la vente.

Cependant, un doute pourrait exister sur la volonté du concepteur lorsqu’on observe de plus près un détail de ce costume : l’étiquette arborée par le mannequin au niveau de l’épaule.

Un article similaire avait causé un autre scandale: un déguisement présenté comme celui d’un enfant déporté alors qu’il s’agissait d’un enfant londonien évacué (à travers l’opération Kindertransport), arborant la même étiquette. Elle servait à identifier l’enfant lors des évacuations depuis Londres, causées par les bombardements nazis, vers les campagnes environnantes s’il venait à se perdre.

Sur d’autres sites de commerce « le costume d’Anne Frank » est d’ailleurs présenté ainsi : « World War Two evacuee girl », le costume d’une petite fille évacuée durant la Seconde Guerre mondiale.

En avril, lorsque le costume de garçon avait été mis en vente la direction de Rue du Commerce avait ainsi expliqué le quiproquo : « La direction souligne qu’une erreur de traduction a entraîné ce titre ‘évidemment inacceptable’, l’article correspondant à la tenue des enfants britanniques lors des bombardements de Londres et non à une tenue de déporté. L’enseigne a par ailleurs annoncé qu’ « un audit interne de la procédure de mise en ligne » a été diligenté à la suite de cet incident » rapportait alors Le Figaro.

Mais une question demeure : si une erreur de traduction est plausible entre « évacué » et « déporté », qui a pris l’initiative, et cru que l’idée était pertinente, en transformant l’article en costume d’Anne Frank ?

« Dans un climat de montée de l’antisémitisme dans le monde (…), ce déguisement manque cruellement d’égards vis-à-vis des survivants de l’Holocauste et de leur famille », a réagi dans un communiqué l’Anti-Defamation League (ADL), une association de lutte contre l’antisémitisme.

« De la vie et de la mort d’Anne Frank, on doit tirer des enseignements, lui rendre hommage et oeuvrer à prévenir des atrocités dans l’avenir. On ne doit pas l’exploiter », a commenté de son côté la branche de l’ADL de la ville américaine de St. Louis.

« Nous présentons nos excuses pour cette erreur de jugement », a déclaré le site Halloween Costumes, en annonçant ne plus vendre la panoplie.