Le député Claude Goasguen appelle à transférer l’ambassade de France à Jérusalem
Rechercher

Le député Claude Goasguen appelle à transférer l’ambassade de France à Jérusalem

A contre-pied de la position d'Emmanuel Macron, le député de Paris, soutien de longue date d'Israël, appelle la France à s'aligner sur les Etats-Unis

Claude Goasguen - à Paris -  Reconnaissance de l'État palestinien : les associations juives manifestent à Paris - 2 décembre 2014 (Crédit : Glenn Cloarec/Times of Israël)
Claude Goasguen - à Paris - Reconnaissance de l'État palestinien : les associations juives manifestent à Paris - 2 décembre 2014 (Crédit : Glenn Cloarec/Times of Israël)

Soutien traditionnel de la communauté juive et d’Israël, Claude Goasguen, ancien ministre, député et conseiller de Paris, s’est exprimé suite à la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël, et son annonce d’un déménagement prochain de l’ambassade américaine de Tel-Aviv.

Il espère dans un communiqué que la France « loin de rester dans ses attitudes inutiles et dangereuses, puisse s’engager, après les États-Unis, à faire de notre consulat à Jérusalem, le siège de notre future ambassade ».

Une position a contrario d’Emmanuel Macron qui a qualifié de « regrettable » la décision de Donald Trump, la jugeant en infraction avec le droit international.

Selon Claude Goasguen « personne de bonne foi ne peut critiquer la décision des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël »

« Personne ne peut prendre à la légère cette marche historique qui est l’honneur du peuple juif » explique-t-il.

« Je souhaite bien sûr, ajoute-t-il, que cette déclaration américaine ne soit pas le prétexte à une flambée de violences comme déjà les terroristes du Hamas l’annoncent, mais qu’elle soit le départ d’un vrai processus de discussion qui aboutira à une paix durable pour sortir des traquenards de la diplomatie infructueuse des dernières décennies ».

Le discours de Trump ce mercredi a suscité la colère chez les Palestiniens.

Des centaines de Palestiniens ont ainsi déjà manifesté contre cette décision, incendiant photos – de Trump et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu – et drapeaux israéliens et américains, scandant leur mécontentement et se heurtant aux soldats israéliens.

Judah Ari Gross et Raoul Wootliff ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...