Le député Likud Oren Hazan a rejoint jeudi le nombre croissant de législateurs opposés à l’intention du gouvernement d’autoriser les casinos dans la ville balnéaire d’Eilat, en dépit du fait qu’il soit lui-même un spécialiste de l’industrie du jeu.

Hazan, qui dirigeait un hôtel-casino de la station balnéaire bulgare de Burgas jusqu’en 2013, s’est prononcé contre l’initiative, invoquant des préoccupations éthiques dans une interview à la radio israélienne.

Le jeune député de 34 ans a fait valoir que la légalisation des jeux de casino en Israël détruirait des familles et ferait souffrir les membres les plus pauvres de la société.

Hazan, qui a proposé une législation exigeant qu’un pourcentage des recettes des jeux soit dirigé vers des mesures anti-addiction, a noté dans l’interview que la dépendance au jeu est une maladie grave. Israël dispose actuellement de jeux gérés par l’Etat sur les sports, les courses de chevaux et les jeux de loterie.

Hazan a été au centre d’un certain nombre de scandales l’année dernière après que des reportages télévisés l’aient accusé d’agression sexuelle, d’avoir sollicité des prostituées et d’avoir eu recours à de la méthamphétamine quand il dirigeait le casino de Burgas.

L’an dernier, un rapport d’enquête de la Deuxième chaîne citait des clients de l’hôtel, le chauffeur de Hazan et une femme locale qui se sont tous souvenus que Hazan amenait des femmes au casino de Burgas. D’autres invités se souviennent de Hazan avec de la métamphétamine dans la rue.

le député du Likud Oren Hazan quand il dirigeait des casinos en Bulgarie. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

le député du Likud Oren Hazan quand il dirigeait des casinos en Bulgarie. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Hazan a démenti ces accusations et a menacé de poursuivre le journaliste Amit Segal pour diffamation, mais le rapport a incité le président de la Knesset Yuli Edelstein à empêcher que Hazan préside toute réunion de la Knesset « jusqu’à nouvel ordre. »

Le manque de diplomatie et le comportement grossier du législateur ont donné lieu à un examen public de divers rapports d’actes répréhensibles, y compris quand il a été vivement critiqué pour s’être moqué d’une députée handicapée pendant une plénière en décembre.

Quelques jours plus tard, un rapport d’un contrôleur de l’Etat sur les dépenses des partis, lors des campagnes primaires, a déclaré que Hazan a omis de déclarer ses dépenses et l’a accusé d’avoir menti dans un affidavit – déclaration écrite sous serment – déclarant ses frais ; un crime qui peut être condamné d’une peine de prison allant jusqu’à trois ans.

Après une série de plaintes contre lui, Hazan a été suspendu pendant un mois des débats parlementaires et des comités.

En s’opposant au plan proposé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Hazan rejoint des législateurs de partis aussi éloignés que Meretz, l’Union sioniste, Yesh Atid, HaBayit HaYehudi et les partis ultra-orthodoxes de la Knesset.

Netanyahu a été un ardent défenseur de l’introduction des casinos de la ville de la mer Rouge, et a affirmé mercredi que ce changement allait être « la bouée de sauvetage d’Eilat. »

Les casinos « sauveront la ville d’Eilat de l’échec économique et créeront des milliers d’emplois », a déclaré le bureau du Premier ministre dans un communiqué mercredi.

Bien que les jeux de casinos en Israël soient illégaux, certains Israéliens font une croisière à Eilat sur des bateaux de casinos en dehors des eaux territoriales du pays pour jouer. Les exploitants des bateaux de casinos ont été accusés d’organisation des jeux illégaux, de blanchiment d’argent et d’infractions fiscales.

L’industrie touristique d’Eilat a diminué de 40 % au cours des cinq dernières années, ont déclaré mercredi des fonctionnaires. Si le plan est adopté, Israël peut espérer récolter 450 millions de shekels par an en recettes fiscales, selon un rapport de la Deuxième chaine.