Le système Dôme de fer israélien a intercepté deux roquettes tirées depuis Gaza en direction de la ville méridionale de Netivot tôt jeudi matin, portant le nombre total de roquettes tirées dans la nuit de mercredi à jeudi à neuf.

Quatre roquettes tirées jeudi matin ont échoué dans un terrain ouvert. Auparavant, des sirènes d’alerte ont retenti au Conseil régional de Sdot Néguev, avertissant de 3 roquettes, qui ont atterri en terrain ouvert, sans faire de blessés ni dégâts.

Plus tôt jeudi, les avions israéliens ont opéré 15 frappes ciblées dans la bande de Gaza, en réponse aux tirs de roquettes sur les villes israéliennes mercredi et jeudi. Au moins 10 Palestiniens auraient été blessés, selon des rapports.

L’armée israélienne a confirmé les frappes dans une déclaration disant que des cibles du Hamas ont été touchées « y compris des caches de lance-roquettes, des installations de stockage d’armes et des repaires d’activité terroriste ».

Mercredi soir, trois roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont explosé à proximité de bâtiments résidentiels de la ville de Sderot, causant des dégâts à des bâtiments et à plusieurs véhicules et coupant l’électricité de plusieurs rues de la ville, ont indiqué des officiels.

Deux des roquettes ont frappé les bâtiments résidentiels, tandis qu’une troisième a touché un abri renforcé à l’intérieur de la ville, sans causer de dommages ni blessés.

Deux autres roquettes tirées plus tôt ce matin sont tombées dans les champs ouverts à l’extérieur de la ville, selon des officiels de la sécurité.

Plus de 20 roquettes ont été tirées depuis Gaza mercredi, déclenchant à plusieurs reprises des sirènes d’alerte dans la périphérie de Gaza.

Mercredi soir, les avions israéliens ont frappé la bande de Gaza, touchant un « site de lancement », a déclaré l’armée.

La situation sécuritaire à la frontière entre Gaza et Israël s’est fortement dégradée ces derniers jours, le Hamas revendiquant la responsabilité de plusieurs attaques à la roquette, et l’armée de l’air israélienne frappant plusieurs cibles en réaction aux salves.

La forte recrudescence de la violence dans le Sud intervient alors que la tension monte en Cisjordanie et en Israël après l’assassinat de trois adolescents israéliens le 12 juin, la découverte de leur corps le 30 juin, et le meurtre de vengeance présumé d’un adolescent arabe à Jérusalem Est, le 2 juillet.

Les dirigeants israéliens accusent le Hamas des meurtres des trois adolescents. Les deux terroristes présumés, Amer Abu Eisheh et Marouane Kawasmeh – toujours en fuite – sont connus des membres du Hamas à Hébron.