Un juge a prolongé jusqu’à vendredi la garde à vue de l’exterminateur en charge de traiter la maison contre la vermine avec une substance toxique.

Le bidon de pesticides laissé sur place avait relâché un gaz toxique dans le domicile, ce qui a provoqué la mort de deux jeunes enfants. Deux autres sont actuellement entre la vie et la mort.

L’exterminateur sera en garde à vue un jour de plus, et passera ensuite trois jours en assignation au domicile de son avocat, Moshe Shiffman.

« Il avait auparavant utilisé les pesticides avant sans rencontrer aucun problème,» déclare Moshe Shiffman, le jeudi 23 janvier, au cours de l’audience.

Des centaines de personnes ont assisté aux funérailles le lendemain du décès d’Avigail et de Yael Gross, respectivement âgées de 1 et 4 ans, au cimetière Har Hamenuhot de Jérusalem.

Shimon Gross, le père de famille, n’a pas exprimé de colère durant l’oraison.

Il a en revanche demandé aux personnes réunies de prier pour ses deux fils, Yitzhak et Michael, respectivement âgés de 5 et 7 ans, actuellement hospitalisés à l’hôpital Schneider de Petach Tikhva.

« Je le demande de la part d’Avigail et de Yael, je demande la miséricorde de l’Eternel pour leurs frères, le rétablissement de leur corps et de leurs âmes.» s’est-il exprimé lors de la cérémonie, éclatant en sanglots au moment où il quittait le podium.

« Quand Dieu demande prématurément une âme, cela signifie peut-être que nous n’étions pas dignes de garder ces cadeaux que nous étions si heureux de recevoir. Dans deux semaines, Avigail aurait fêté son quatrième anniversaire, une enfant pure et sans tache. Yael commençait tout juste à parler, à dire ‘Abba’ et ‘Imma’. Quel amour, elle était une âme pure. Elles étaient tellement amies, c’est incroyable, » a-t-il confié.

Le cortège des funérailles de Avigail et Yael Gross (Crédit : Hadas Parush/Flash 90)

Le cortège des funérailles d’Avigail et Yael Gross (Crédit : Hadas Parush/Flash 90)

Les médecins essaient toujours de stabiliser deux des frères des fillettes, qui ont été mis sous respiration artificielle. Tandis que les parents et le troisième frère de la fratrie sont dans un état stable à l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem.

L’exterminateur était venu au domicile familial dans le quartier Guivat Mordehai de Jérusalem, lundi 20 janvier. Il aurait utilisé le phosphure d’aluminium, qui, une fois mélangé à l’eau, réagit pour libérer de la phosphine, un gaz extrêmement dangereux.

L’homme aurait laissé un récipient de la matière toxique dans une pièce qu’il avait scellée avec du ruban adhésif, dans l’intention de revenir pour continuer son travail.

Moshe Shiffman a déclaré jeudi 22 janvier que son client était un professionnel expérimenté et qu’il n’y avait aucune raison de le garder enfermé.

« Juste après les faits et ce, avant même que la police ne l’ait arrêté, il s’est précipité à l’hôpital pour transmettre des informations aux médecins sur le produit en question, » a déclaré l’avocat. « Il s’agit d’une substance qui lui est familière. »

Deux de leurs frères, Yitzhak et Michael, 5 et 7 ans, ont été transférés dans un état critique à l’hôpital Schneider de Petach Tikhva, où les médecins tentent de les maintenir dans un état stable dans l’espoir que le poison finira par être expulsé de leurs organismes.

Les deux garçons ont subi de graves dégâts aux muscles cardiaques et les médecins se battent pour les sauver, mais l’hôpital indique qu’il n’existe pas à l’heure actuelle d’antidote connue. Ainsi, les vies des deux garçons sont « certainement en danger. »

« Le cœur souffre beaucoup du poison qui les a blessés, » signale Efrat Baron-Harlev, directrice-adjointe de l’hôpital Schneider, à Channel 10. Elle espère surtout que les machines d’assistance respiratoire fournissent aux cœurs des garçons une période de récupération suffisante pour reprendre un fonctionnement normal. « Si cela va se produire ou non ?  Seul le temps nous le dira, » a-t-elle conclu.

La famille s’était rendue aux urgences mardi 21 janvier dans la soirée, après que les cinq enfants de la famille aient commencé à souffrir de nausées, de vomissements et de diarrhée. Pensant qu’il s’agissait simplement d’une intoxication alimentaire, les parents ont amené leurs enfants au service d’urgence.

Ils n’auraient apparemment pas évoqué les travaux en cours au domicile de l’exterminateur. Les médecins ont alors conseillé aux parents d’utiliser des analgésiques et de recourir à des médicaments plus forts si les symptômes ne s’étaient pas dissipés avant la matinée.

Après le décès des enfants, la clinique a publié une déclaration exprimant son regret – les tests n’avaient révélé aucun symptôme d’intoxication.

Selon Channel 2, 63 Israéliens ont été hospitalisés pour intoxication à la phosphine entre 2008 et 2012.

Le phosphure d’aluminium, également connu sous son nom commercial « phostoxin », a été trouvé à des « taux très, très élevés, » au domicile familial.

Le ministère de l’Environnement, qui supervise la lutte antiparasitaire, a déclaré que même si l’utilisation du pesticide est approuvée en Israël, la quantité utilisée au domicile était apparemment bien plus que importante que celle destinée à un usage domestique.