Le mouvement du Fatah de Mahmoud Abbas encourage la création de groupes de défense civile dans les villages palestiniens de Cisjordanie, visant à protéger les communautés contre la violence des résidents d’implantation.

Ghassan Daghlas, le responsable des portefeuilles des implantations dans le nord de la Cisjordanie pour l’Autorité palestinienne, a déclaré au Times of Israel que l’idée de recruter des villageois pour protéger leurs communautés a surgi il y a quatre ans, lorsque le village de Qusra avait été attaqué par des résidents d’implantation.

En janvier 2014, les résidents de Qusra ont appréhendé un groupe de résidents en route pour mener probablement une attaque « prix à payer ». Les résidents ont été encerclés et battus avant d’être remis à l’armée israélienne.

« Aujourd’hui, à la suite des attaques répétées des colons, il doit y avoir une protection pour ces villages des résidents eux-mêmes », a déclaré Daghlas. « La décision est revenue aux dirigeants du Fatah et de l’OLP ».

L’attaque menée contre la famille Dawabsha à Douma, un village contrôlé par la sécurité israélienne, a embarrassé l’Autorité palestinienne. Tout en renonçant à la lutte armée contre Israël comme étant immorale et contre-productive, le président de l’AP, Mahmoud Abbas, semble maintenant plus impuissant que jamais pour protéger les villageois des attaques sporadiques des Juifs contre leurs biens ou les civils.

Meir Ettinger, en kippa blanche, escorté par des soldats de Tsahal dans le village cisjordanien de Qusra, le 7 janvier 2014 (Crédit : Zacharie, Rabbins pour les Droits de l'Homme)

Meir Ettinger, en kippa blanche, escorté par des soldats de Tsahal dans le village cisjordanien de Qusra, le 7 janvier 2014 (Crédit : Zacharie, Rabbins pour les Droits de l’Homme)

Abbas a condamné l’attaque comme étant un acte de terrorisme, affirmant que c’était le résultat de la politique de colonisation du gouvernement israélien.

« La direction palestinienne va demander la protection de notre peuple à l’Organisation des Nations unies, et enverra cette affaire criminelle à la Cour pénale internationale », a-t-il affirmé.

Jamal Jaradat, le secrétaire du Fatah de la province de Jénine dans le nord de la Cisjordanie, a déclaré sur le site de son mouvement que les villages situés à proximité des implantations juives ont commencé à s’organiser en groupes pour prévenir des attaques similaires à celle qui a eu lieu à Duma la semaine dernière, qui a tué le bébé de 18 mois et blessé grièvement les trois membres de la famille.

Une femme israélienne dans la maison brûlée de la famille Dawabsha à Douma à la suite de l'attaque terroriste de la semaine dernière, le 2 août 2015 (Crédit : Yossi Zamir / Flash90)

Une femme israélienne dans la maison brûlée de la famille Dawabsha à Douma à la suite de l’attaque terroriste de la semaine dernière, le 2 août 2015 (Crédit : Yossi Zamir / Flash90)

« C’est le droit de notre peuple, vivant sous l’occupation, de défendre leur terre et se défendre eux-mêmes avec tous les moyens possibles », a-t-il dit.

« Les colons doivent savoir que le Fatah et les autres organisations de l’OLP sont capables de protéger notre peuple dans toutes les situations et en tous lieux ».

Daghlas, le responsable de l’AP, a déclaré que les patrouilles des villages ne seront pas armées et fonctionneront selon le modèle de défense civile adopté lors de la première Intifada.

« Chaque village aura 20-30 [hommes] réveillés la nuit, le haut-parleur de la mosquée restera allumé, et s’ils voient quelque chose de mal ils vont lancer un avertissement », a-t-il expliquer.

« Si nous devions utiliser des armes, l’armée [israélienne] viendrait », a-t-il ajouté.

Un journaliste du site d’information palestinien, al-Hadath, a rejoint un groupe de villageois de Qusra cette semaine sur une patrouille de nuit, armés d’ « un club [de golfe], un téléphone portable et une lampe de poche ».

« Maintenant, nous allons déjouer toute attaque des colons », a affirmé Akram Taisir, un habitant de la région, père de sept enfants, au site.

« Ce sont des lâches, attaquer furtivement des maisons, ainsi que les familles faibles et les maisons abandonnées. Ils déracinent les arbres et brûlent les voitures », a-t-il dénoncé.