Le Times of Israel signalait début décembre l’appel aux dons lancés par la cinémathèque autrichiennepour restaurer le film « la ville sans juifs » qui décrivait une Vienne vidée de ses habitants juifs.

Le maire d’Utopia, sous laquelle se reconnait aisément Vienne, convainc ses administrés que les juifs sont à l’origine de tous leurs problèmes. Le film montre l’expulsion violente des juifs, les pogroms, les persécutions avec une prémonition qui glace, lorsque l’on sait que le nazisme émergera à peine 15 ans plus tard.

Il y a un an, on redécouvrait en France une édition originale du film entier, alors qu’il ne subsistait jusque-là qu’une version fortement endommagée.

La cinémathèque autrichienne décide alors de lancer un appel aux dons.

« La campagne a véritablement décollé après l’élection de Donald Trump, avec le don important d’une fondation juive anonyme depuis les Etats-Unis, explique un porte-parole de la cinémathèque au Guardian, rapporté par l’Express. Mais les contributions venant d’Autriche ont également doublé après la défaite à l’élection présidentielle du candidat de l’extrême-droite, Norbert Hofer.

Finalement la collecte a dépassé de 12 % le montant désiré lors de l’appel pour atteindre 86 000 euros.