Considéré comme le fils préféré d’Oussama ben Laden, Hamza a été depuis son enfance préparé pour suivre les pas de son père tué par un commando américain au Pakistan en 2011. Dans de précédents enregistrements, il avait appelé à l’unité des jihadistes et à des attentats contre l’Occident.

Intervenue dans la guerre civile en Syrie en 2013, la branche syrienne d’Al-Qaïda, le Front Al-Nosra, a annoncé en 2016 qu’elle renonçait à son rattachement à Al-Qaïda et s’est dotée d’un nouveau nom, le Front Fateh al-Cham. L’organisation est composée essentiellement de Syriens et a combattu avec plusieurs groupes rebelles contre le régime de Bashar el-Assad.

Le réseau sunnite Al-Qaïda est le rival du groupe Etat islamique (EI), impliqué également dans le conflit syrien.

Dans son nouveau message audio diffusé par des sites jihadistes, Hamza ben Laden lance un appel à ses « frères musulmans de l’Indonésie au Maghreb à se joindre au jihad pour stopper l’agression des Croisés et des Rafida [un terme péjoratif désignant les musulmans chiites]. »

« Les jihadistes ont tant besoin de l’aide de tous les musulmans pour poursuivre » la bataille, a-t-il ajouté, sans mentionner le nom d’aucun groupe. Il a souligné que cette aide pouvait être également d’ordre financier ou matériel.

Le président syrien Bashar el-Assad, dans son bureau à Damas, le 12 février 2016.(Crédit : Joseph Eid/AFP)

Le président syrien Bashar el-Assad, dans son bureau à Damas, le 12 février 2016.(Crédit : Joseph Eid/AFP)

Bashar el-Assad est issu de la minorité alaouite, une branche du chiisme. Dans sa guerre contre les rebelles et les jihadistes, il est notamment aidé militairement par le Hezbollah, groupe terroriste chiite libanais, et l’Iran chiite.

En mai 2016, Hamza ben Laden avait déjà appelé « la nation islamique à se concentrer sur le jihad en Syrie et sur l’unification des rangs des moujahidines. »

Le jeune homme est apparu depuis l’enfance dans la propagande du réseau. Aujourd’hui, estiment officiels et analystes, il se prépare à en prendre la tête et, profitant de l’affaiblissement militaire de l’EI, à tenter d’unifier sous son nom les jihadistes du monde entier.

C’est l’Egyptien Ayman al-Zawahiri qui dirige actuellement le réseau, après avoir succédé à Oussama ben Laden.

En janvier 2017, le département d’Etat américain a inscrit Hamza ben Laden sur la liste noire des « terroristes internationaux ».

Dans de précédents messages sonores, le fils ben Laden a appelé à venger son père, à attaquer des « intérêts américains, français et israéliens à Washington, Paris et Tel Aviv » et a exhorté les Saoudiens à « renverser » le régime de Ryad.