Le fils d’un Juste veut que son nom soit retiré d’un mémorial de Cisjordanie
Rechercher

Le fils d’un Juste veut que son nom soit retiré d’un mémorial de Cisjordanie

Erik Ader affirme que le monument du KKL construit sur le site d’un ancien village palestinien est un “abus” à la mémoire de son père

Les ruines du village arabe de Beit Nattif, dans une forêt du KKL. (Crédit : (Davidbena/CC BY-SA/Wikipedia)
Les ruines du village arabe de Beit Nattif, dans une forêt du KKL. (Crédit : (Davidbena/CC BY-SA/Wikipedia)

AMSTERDAM – Le fils d’un couple hollandais qui a caché des juifs des nazis veut faire enlever le nom de son père d’un monument construit sur l’emplacement d’un ancien village palestinien.

Erik Ader, dont les parents, Bastiaan Jan et Johanna Ader, auraient aidé au moins 200 juifs pendant l’Holocauste, selon le musée de l’Holocauste Yad Vashem, a plaidé sa cause dans un entretien diffusé la semaine dernière par la chaîne publique hollandaise NOS.

Le reportage a défini le monument comme un « abus à la mémoire d’Ader » en raison du « nettoyage ethnique » d’Israël.

Erik Ader, ancien ambassadeur des Pays-Bas en Norvège, a déclaré qu’il ne « pouvait pas demander à son père », qui a été exécuté par les nazis en 1944, « ce qu’il pensait de la manière dont son nom est lié à l’injustice, mais ce n’est pas difficile à deviner, sachant ce pour quoi il a combattu. »

Ader fait référence à un monument du Fonds national juif (KKL), qui rend hommage à son père dans une forêt plantée sur les ruines de Beit Nattif, un village palestinien qui était situé à une vingtaine de kilomètres au sud ouest de Jérusalem, et a été détruit après avoir été pris par l’armée israélienne pendant la guerre d’Indépendance de l’Etat juif.

Selon le reportage de NOS, qui affirme à tort que le village avait été pris par des « milices juives », Ader a l’intention de donner des arbres à une forêt qui sera baptisée du nom de son père près d’un village palestinien de Cisjordanie. Il s’est rendu dans le village pour participer à la cérémonie d’inauguration de la plaque rendant hommage à son père.

Dans un communiqué adressé à NOS, le KKL a exprimé son respect pour les actes des parents d’Ader, et a ajouté que le monument avait été construit légalement sur des terrains possédés par l’Etat.

L’armée israélienne avait pris Beit Nattif dans le cadre de l’opération Ha-Har, dont l’objectif était de déloger les soldats égyptiens qui campaient dans les villages palestiniens de la région de Beit Guvrin, près de Jérusalem.

Soutenus par les forces égyptiennes, les villages de la région servaient de bases pour attaquer les véhicules juifs utilisant les routes qui reliaient la plaine côtière aux entrées sud de Jérusalem. En septembre 1948, deux mois avant que l’armée israélienne ne prenne le contrôle de Beit Nattif, des attaques de ce genre ont tué 19 Israéliens et en ont blessé 68, selon l’historien Alon Kadish.

Selon les renseignements militaires israéliens, les militants arabes qui campaient devant Beit Nattif et les civils ont été impliqués dans l’assassinat en janvier 1948 de 35 soldats israéliens, qui tentaient d’atteindre les localités juives assiégées du Gush Etzion, dans l’actuelle Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...