VANCOUVER, Canada — Le Fonds national juif (FNJ) du Canada a retiré son soutien à l’évènement de Yom HaAtsmaout de la fédération juive de Vancouver après la décision de la fédération d’inviter la chanteuse pop israélienne controversée Achinoam Nini, connue sous le nom de Noa.

« En raison des opinions de l’artiste réservée pour la célébration de cette année, nous prenons une pause d’un an du soutien à cet évènement », a déclaré le président du FNJ Josh Cooper dans un communiqué. « L’artiste qui a été engagée ne reflète ni ne correspond au mandat et aux valeurs du Fonds national juif du Canada. »

Les Jewish News canadiennes ont annoncé le 12 février que la fédération juive du grand Vancouver préparait un « accueil chaleureux » à Nini, et qu’elle rejetait un article du Jerusalem Post suggérant que les juifs de Vancouver étaient « scandalisés » par la présence de la chanteuse parce qu’elle soutiendrait le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël.

La fédération a déclaré qu’elle fait ses « vérifications préalables en étudiant attentivement les faits. A notre connaissance, les articles suggérant que Mme Nini soutient le BDS sont incorrects. »

Achinoam Nini (photo credit: Screenshot, YouTube)

Achinoam Nini (Crédit : capture d’écran YouTube)

Toujours le 12 février, le Jerusalem Post a supprimé l’article sur Nini et publié ceci : « L’article ‘Vancouver Jews outraged over Achinoam Nini invite to Independence Day event’ [les juifs de Vancouver scandalisés par l’invitation d’Achinoam Nini à la célébration de la journée de l’indépendance] qui a été publié sur jpost.com le 9 février n’avait en aucun cas l’intention de suggérer que la fédération juive du grand Vancouver ou Mme Nini elle-même soutiennent le mouvement BDS. Nous nous excusions pour toute confusion qui aurait pu être causée. »

La chanteuse elle-même a posté sur Facebook le 11 février qu’elle démentait soutenir le BDS : « Je suis absolument et complètement contre [la campagne du] BDS, a-t-elle écrit. Je le vois comme un mouvement hypocrite plein de contradictions qui n’apportera pas la paix en Israël ni n’aidera les Palestiniens à réussir leur objectif, au contraire. »

La dirigeante de la communauté juive de Vancouver Frances Belzberg a imploré les juifs locaux de « remettre en question ou boycotter » l’évènement.

Dans un poste publié sur Facebook, Belzberg a écrit que Noa est « un fervent soutien du mouvement BDS », et « une sympathisante palestinienne. Je suis certaine que dans notre communauté nous avons quelques sympathisants palestiniens, cependant, je suis certaine que beaucoup plus de personnes qui ont de l’empathie pour les Palestiniens. »

Dans une lettre adressée à la fédération de Vancouver, Eyal Platek, un avocat israélien, a écrit que Noa « est connue pour les provocations qu’elle déclenche ; elle est un extrémiste qui soutient les organisations de gauche radicales qui attaquent, diffament, mentent et nuisent en ce moment à l’armée israélienne et aux soldats israéliens qui gardent et protègent nos citoyens et notre patrie. »

Il a demandé à la fédération de reconsidérer son invitation à Noa « et d’empêcher toute offense que cela causerait aux citoyens d’Israël, aux soldats et aux commandants de l’armée israélienne. »

La fédération a déclaré à JTA qu’elle était « déçue » par la décision du FNJ de se retirer de l’évènement, et que « nous attendons de les accueillir à nouveau l’année prochaine ».

Interrogé sur la raison du retrait du FNJ de l’évènement si la fédération était satisfaite que Noa ne soutienne pas le mouvement BDS, Cooper a répondu : « Je ne peus pas parler pour une autre organisation. Tout est dans notre communiqué. »

Ce n’est pas la première fois que Nini aurait été interdite d’évènements juifs à l’étranger pour ses opinions politiques. En 2014, le manger européen de Nini, Pompea Benincasa, avait déclaré aux médias que la branche italienne de la WIZO, l’organisation sioniste internationale des femmes, avait annulé une représentation programmée, pour s’opposer aux déclarations de la chanteuse à l’agence de presse italienne ANSA à propos de la guerre à Gaza.

Dans l’entretien, Nini avait comparé le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« J’ai rencontré Abu Mazen [Abbas] à Ramallah, avait-elle déclaré. Je pense que le dirigeant palestinien veut vraiment la paix avec Israël, mais malheureusement je ne peux pas en dire autant de mon Premier ministre. »

Ester Israël, présidente de la WIZO Italie, avait démenti que l’annulation était politique, expliquant que certains des soutiens financiers de l’évènement n’avaient pas confirmé leur disponibilité.