OSLO, (AFP) – Le ministère norvégien des Finances a annoncé jeudi 30 janvier, que le fonds souverain du pays, le plus grand du monde, bannissait deux entreprises ayant participé à la construction d’implantations israéliennes à Jérusalem-Est.

Ces deux sociétés s’appellent Africa Israel Investments, un promoteur immobilier israélien, et sa filiale de BTP Danya Cerbus.

Fondé en 1990, le Norwegian Government Pension Fund est destiné à garantir des revenus à l’Etat si le pays subissait une baisse des prix du pétrole ou bien un épuisement des ressources.

Le gouvernement norvégien a indiqué qu’il ne souhaitait investir que dans des entreprises respectant l’environnement, ne fabriquant pas d’armes, et n’étant pas corrompues. Ce fonds s’occupe notamment d’assurer le financement des retraites.

Oslo a invoqué leur « contribution à des violations graves des droits des personnes dans la guerre ou le conflit à travers la construction de colonies à Jérusalem-Est », où la souveraineté revendiquée par Israël n’est pas reconnue par la communauté internationale.

Entre août 2010 et août 2013, ces deux entreprises avaient déjà été exclues des investissements du fonds nourri par les revenus du pétrole norvégien.

Par ailleurs, la Norvège a retiré de sa liste noire la Birmanie, dont son fonds souverain pourra désormais détenir de la dette, au vu des progrès du pays vers la démocratie. Cela restreint à trois le nombre de pays bannis : Corée du Nord, Iran et Syrie.