Josip Simunic, coupable de cris fascistes après la qualification de la Croatie pour le Mondial 2014, a vu sa suspension de dix matches confirmée en appel et devra donc faire l’impasse sur le Mondial brésilien en juin prochain, a annoncé la Fifa ce mercredi.

« La commission de recours de la Fédération internationale de football a rejeté l’appel de Simunic et confirmé dans son intégralité le jugement de la commission de discipline de la Fifa prononcé le 12 décembre 2013 », a indiqué l’instance.

La sanction ainsi confirmée prive de facto Simunic de Coupe du monde au Brésil (12 juin-13 juillet), puisque « les premiers de ces dix matches devront être purgés durant la phase finale », précisait la décision initiale.

En outre, le joueur est interdit de stade durant ces 10 matches et devra payer une amende de 30 000 francs suisses (24 000 euros).

Lors du jugement du 12 décembre, la commission de discipline de la Fifa avait « pris acte du fait que le joueur avait entonné, avec la foule, un cri de ralliement croate qui était utilisé durant la Seconde Guerre mondiale par le mouvement fasciste des Oustachis » et « convenu que ce cri de ralliement était discriminatoire et portait atteinte à la dignité d’un groupe de personnes pour des raisons, entre autres, de race, de religion ou d’origine », avait expliqué la Fédération dans un communiqué.

Après la victoire 2-0 de la Croatie contre l’Islande le 19 novembre, synonyme de qualification pour le Mondial brésilien, Simunic s’était emparé du micro et avait scandé un cri de ralliement utilisé par le régime pro-nazi croate lors de la IIe guerre. Il a crié quatre fois: « Pour la patrie » (Za Dom), les supporteurs lui répondant: « Prêts » (Spremni).

Le joueur du Dinamo Zagreb âgé de 35 ans a déjà été condamné à une amende de 3200 euros par la justice croate.