Le jeune garçon de dix ans, Ilai Nir, décédé dimanche en tombant d’une falaise durant une randonnée dans le sud du pays, a donné une seconde vie à 5 personnes en faisant don de ses organes.

Les médecins ont indiqué qu’après deux jours d’efforts intenses pour le sauver, Elai Nir a succombé à un traumatisme crânien majeur. Vendredi, Omri Nir, le père du jeune garçon s’est tué alors qu’il tentait de le rattraper.

La famille a rapidement décider de faire don de ses organes. Un marathon de greffe a aussitôt débuté au centre médical de l’hôpital pédiatrique Schneider.

Almog Garibelli, un garçon de 8 ans, du centre du pays, attendait une greffe depuis longtemps. Son état est désormais stable et il récupère de la greffe de cœur dont il a pu bénéficier. Sa mère, Rivka, a déclaré à la Deuxième chaîne qu’elle a « tout de suite compris d’où venait le cœur. Je suis tellement reconnaissante de cette mère, qui a donné vie à mon fils et à d’autres enfants. »

Garibelli a fait l’éloge de la mère de Nir, partageant sa douleur dans une situation aussi terrible. « Le cœur de son fils battra toujours dans le cœur du mien, et, c’est le plus important, son fils continuera de vivre pour toujours », dit-elle.

Les secours sur le lieu de l'accident, à Nahal Tzeelim dans le Néguev, le 9 décembre 2016. Un professeur d'université et son fils sont morts, alors que le père tentait de rattraper son fils qui est tombé d'une falaise. (Crédit : Arad Rescue Team via Channel 10)

Les secours sur le lieu de l’accident, à Nahal Tzeelim dans le Néguev, le 9 décembre 2016. Un professeur d’université et son fils sont morts, alors que le père tentait de rattraper son fils qui est tombé d’une falaise. (Crédit : Arad Rescue Team via Channel 10)

« L’opération a été un succès et s’est déroulé sans complication », a indiqué le docteur Gabi Amir, chef de cardiologie de l’hôpital Schneider pour qui « il est toujours difficile de comprendre une telle tragédie. »

Une petite fille de 4 ans a reçu le foie de Nir. Les deux reins seront bientôt greffés chez de jeunes patients et une femme de 55 ans recevra ses poumons lors d’une opération qui aura lieu à l’hôpital Bellinson.

« Dès que nous avons eu le feu vert, l’hôpital pour enfants Schneider (près de Tel-Aviv) s’est lancé dans un marathon de transplantations simultanées » qui a duré toute une journée, a rapporté à l’AFP la porte-parole de l’établissement, Riva Shaked.

« Tout s’est très bien déroulé, les enfants se remettent », a ajouté la porte-parole.

Elle a souligné le caractère exceptionnel de l’opération en invoquant le petit nombre des familles acceptant de donner les organes de leur enfant décédé. Le pourcentage de ces familles est inférieur en Israël à la moyenne des pays occidentaux.

Une grande partie des rabbins ultra-orthodoxes juifs affirment qu’une personne est toujours en vie tant que le cœur bat, l’arrêt des fonctions cérébrales ne suffisant pas. La loi israélienne retient, elle, l’arrêt de l’activité cérébrale.

L’équipe du centre médical Soroka de Beer Sheva a déclaré dimanche que Nir a succombé à de sévères blessures à la tête et à certains organes, après être tombé d’une échelle alors qu’il escaladait une paroi rocheuse à Nahal Tzeelim dans le Néguev.

Son père, maître de conférence à l’université, Dr Omri Nir, a plongé pour rattraper son fils en le voyant trébucher, et a tenté de le protéger alors qu’ils descendaient tous les deux la falaise. Le père a succombé à ses blessures durant la chute.

Nir, expert en histoire et politique du Liban, originaire du Moshav Kfar Vitkin dans le centre du pays, enseignait à l’université de Tel Aviv et à l’Université hébraïque de Jérusalem.

Plus d’un millier de personnes ont répondu présentes à l’enterrement d’Omri Nir et de son fils. Ils ont été enterrés côte à côte à Kfar Vitkin lundi 12 décembre, à 15 heures.

L’AFP a contribué à cet article.