Une proposition destinée à soutenir une interdiction de la circoncision rituelle et de la définir comme une agression contre les enfants divise la direction d’un parti de gauche norvégien, qui soutient l’accueil des immigrants musulmans.

Kari Elisabeth Kaski, secrétaire de la Gauche socialiste, devait proposer que le soutien à l’interdiction de la circoncision non médicale soit inscrit dans le programme du parti pendant une assemblée générale ce week-end, a indiqué jeudi le site d’information d’extrême-gauche, Klasse Kampen.

L’article principal proposerait un âge minimum de 15 ans pour les circoncisions médicales, à condition que les jeunes adolescents donnent leur accord. Les Juifs font circoncire leurs fils à huit jours, pendant une cérémonie rituelle appelée brit milah. La circoncision musulmane se déroule généralement à un âge plus avancé, mais avant 13 ans.

Les dirigeants du parti, Audun Lysbakken et Snorre Valen, se sont opposés à ce soutien.

« Pour les Juifs norvégiens, une telle interdiction serait très difficile, a déclaré Lysbakken. Du point de vue de cette minorité, cette proposition est par conséquent profondément troublante et j’espère que ceux qui la promeuvent la reconsidèreront. »

Le débat interne du parti, qui détient sept des 169 sièges du Parlement, s’inscrit dans le cadre d’un plus vaste dilemme qui touche les parties de gauche européens, qui luttent souvent à équilibrer leur engagement affirmé envers les droits des minorités avec un agenda laïc perçu comme intolérant par de nombreux membres des religions.

Beaucoup d’Européens laïcs perçoivent la circoncision des mineurs, réalisée par les Juifs et les musulmans, comme une cruelle violation des droits de l’Enfant. Un débat similaire se déroule dans toute l’Europe au sujet de l’abattage rituel des animaux, qui doit être réalisé pour les Juifs et les musulmans pieux sur des animaux conscients.

Dans un entretien publié vendredi par l’agence de presse NTB, Ervin Kohn, le dirigeant de la Communauté juive de Norvège, a présenté des critiques rarement exprimées en Norvège contre les politiciens des partis progressistes comme la Gauche socialiste.

« Ceux qui cherchent une interdiction agissent avec une intolérance et un ethnocentrisme de la pire sorte, a-t-il déclaré. Ils se placent sur un piédestal et pensent que deux milliards d’habitants dans le monde ont tort. »

En plus des initiatives de gauche pour interdire la circoncision non médicale et l’abattage rituel, l’Europe, et particulièrement l’Europe du Nord, a connu des efforts similaires provenant du centre droit et des populistes de l’extrême-droite.

Les partisans de ces interdictions en appellent souvent aux droits des enfants et au bien-être animal, même si certains semblent viser en particulier les Juifs et les musulmans.