Le géant web chinois Baidu, et son partenaire de capital-risque israélien Carmel Ventures, a annoncé mardi qu’il allait investir 5 millions de dollars dans la start-up israélienne Tonara, qui crée des applications interactives pour aider les musiciens potentiels à apprendre à jouer.

« Tonara repousse constamment les limites s’agissant de développer une technologie innovante et révolutionnaire », dit Peter Fang de Baidu.

« Nous sommes certains que l’avenir de Tonara sera extraordinaire, et sommes fiers d’en faire partie. »

L’investissement dans Tonara est le troisième de Baidu en Israël, ayant « découvert » la nation start-up en octobre dernier, lorsque la société, l’assureur chinois Ping-An et la société de logiciels Qihoo 360, ont investi dans un fonds de capital-risque parrainé par Israël Carmel Ventures.

Plus récemment, Baidu a investi 3 millions de dollars dans la société de capture vidéo Pixellot.

Baidu est le plus grand cabinet de services web chinois, avec près de 8 milliards de dollars de revenus l’an dernier.

En tant que tel, Baidu est très intéressé par la technologie de Tonara, dit Fang. « Non seulement il y a un marché mondial énorme, en grande partie chinois, pour la plate-forme d’enseignement musical de Tonara, mais nous envisageons de nombreuses autres applications possibles à la technologie de Tonara », a déclaré Fang.

Tonara est une application de partitions entièrement numérisées pour les musiciens professionnels et amateurs qui suivent la musique (monophonique ou polyphonique).

En cours de lecture, elle identifie les notes, montre la partition et des notes spécifiques (actuellement, elle est adaptée au piano, violon, violoncelle et à la flûte).

L’application tourne les pages de la partition quand c’est nécessaire, accélère ou ralentit l’affichage en réaction à la façon dont un morceau est joué, remarque les erreurs (soulignant une note manquée) – le tout automatiquement, même dans un environnement bruyant.

Utilisant la même technologie, Tonara a également développé une application appelée Wolfie, que les professeurs de piano peuvent utiliser pour instruire les élèves et les aider à s’entraîner efficacement.

L’application convient parfaitement aux services Baidu Experience ou Baidu Knows, qui fournissent des instructions et des tutoriels dans un large éventail de domaines, des réparations à domicile à des sujets académiques.

En janvier, un autre géant chinois – Alibaba – a réalisé son premier investissement en Israël, dans la société Visualead basée à Tel Aviv, qui développe QR (Quick Response).

« Travailler avec Visualead, start-up dynamique et moteur dans ce domaine, est l’étape logique dans notre effort d’inciter les clients à utiliser des plateformes mobiles, » a déclaré Zhang Kuo, directeur du service technologique du groupe Alibaba.

« Nous croyons que la technologie de pointe QR de Visualead complétera nos initiatives de marketing mobile et améliorera notre capacité à exploiter le potentiel chinois en plein essor. »

Le fait que deux des plus grandes entreprises chinoises investissent en Israël n’est pas surprenant aux yeux d’Edouard Cukierman, président de Cukierman & Co. Investment House et partenaire de gestion des fonds d’investissement Catalyst.

« La Chine est devenue au cours des deux dernières années le premier investisseur en Israël », déclare Cukierman.

« Pour eux, Israël est une grande source technologique qui peut les aider à développer leur économie, tandis que pour nous, c’est une opportunité fantastique de pénétrer le plus grand marché au monde. Ils nous aident autant que nous les aidons. »

Nathan Low, banquier d’investissement israélo-américain dont le groupe ZionTech Anges a jumelé des dizaines de sociétés israéliennes à des investisseurs étrangers, voit également la Chine comme un pôle commercial pour Israël.

« Les entreprises de start-up israéliennes peuvent résoudre les problèmes avec les technologies et les produits qu’ils ont déjà en main, éliminer ou réduire considérablement les pénuries d’eau et alimentaires en Chine, améliorer la logistique de fret, optimiser les horaires d’autobus municipaux, réduire la pollution, et améliorer les soins de santé », exprime Low.

« La Chine et Israël sont destinés au partenariat. La Chine a les fonds et les marchés. Israël a les produits pour résoudre les problèmes et répondre aux nécessités ».

L’investissement de Baidu présente une nouvelle opportunité importante pour Tonara, selon le PDG Guy Bauman.

« La mission de Tonara est de redéfinir la façon dont la musique est enseignée, apprise et pratiquée dans le monde entier en propulsant l’enseignement de la musique à l’ère numérique. Le nouveau financement nous permettra d’atteindre les étudiants et professeurs de musique à l’échelle mondiale. Nous sommes ravis de coopérer avec Baidu en tendant la main au public chinois. »