Au cours des derniers mois, le gouvernement israélien a officieusement et discrètement gelé les constructions en Cisjordanie en dehors des principaux blocs d’implantations en réponse aux pressions américaines.

Selon le quotidien Yediot Aharonot, le chef du conseil régional de la vallée du Jourdain David Elchaiiani a demandé au secrétaire du Cabinet Avichai Mandelblit pourquoi les constructions étaient suspendues dans les implantations qu’il administre, alors même que certains projets ont reçu l’approbation du ministère de la Défense.

Mandelblit lui aurait répondu que l’ordre venait d’en haut.

« Nous avons reçu des instructions de responsables politiques de ne pas mettre en œuvre de plan en dehors des blocs d’implantations », aurait affirmé Mandelblit à Elchaiiani, lundi dernier.

« Attendons patiemment notre retour des Etats-Unis et nous pourrons discuter », aurait-il ajouté, en référence à la visite à Washington du Premier ministre Benjamin Netanyahu, prévue lundi prochain.

Les principaux blocs d’implantations comprennent les communautés juives du Goush Etzion, au sud de Jérusalem, Maale Adumim et Ariel. Cependant l’article ne précise pas quelles zones sont concernées par le gel des constructions.

Israël a demandé à ce que les zones peu peuplées de la vallée du Jourdain, qui s’étend le long de la frontière avec la Jordanie, restent sous son contrôle dans le cadre d’un accord avec les Palestiniens, mettant en avant leur importance stratégique.

Au cours des derniers mois, des députés de droite ont élaboré des projets de loi visant à annexer la vallée du Jourdain et à la faire passer sous juridiction israélienne. L’ONU a noté une hausse du nombre de démolitions de bâtiments palestiniens dans la région.

La semaine dernière, la radio militaire révélait que l’administration Obama avait demandé à Israël de geler officieusement les constructions en dehors des principaux blocs d’implantations, si un accord-cadre est accepté par les Israéliens et les Palestiniens.

Selon Yediot Aharonot, une telle décision a déjà été mise en œuvre depuis plusieurs mois.

Le ministre du Logement Uri Ariel a démenti l’existence d’un moratoire sur les constructions.

« Nous n’accepterons en aucune circonstance le gel [de la construction] de la moindre maison sur la terre d’Israël », a-t-il affirmé dans un communiqué. « Cela serait injuste, inapproprié et immoral. Le Premier ministre a clairement indiqué qu’il n’y aurait pas de gel, officiel ou officieux, et je m’attends à ce qu’il tienne cet engagement. »

En début de semaine, un groupe de députés de droite a rendu publique une lettre adressée à Netanyahu, dans laquelle ils le mettent en garde contre un gel des constructions et préviennent qu’ils n’accepteront aucun accord-cadre empêchant les Israéliens d’étendre la présence juive en Cisjordanie.