Le tribunal du district de Beer Sheva a jugé jeudi l’ingénieur du Hamas, Dirar Abou Sissi, et l’a condamné à 21 ans de prison, quatre ans après qu’Israël a capturé le fabricant de missiles.

Abu Sissi, connu sous le sobriquet de « père des roquettes », a été reconnu coupable dans le cadre d’un procès pù il a été accusé de complot pour commettre des assassinats, de fabrication d’armes, d’appartenance à une organisation terroriste et de possession d’armes.

Les procureurs ne l’ont cependant pas accusé de tentative d’assassinat.

L’ingénieur du Hamas est détenu en Israël depuis que – selon des médias étrangers – il aurait été capturé lors d’un voyage en Ukraine en 2011.

Il était un responsable du collège militaire des Brigades Ezzedine al-Qassam, l’aile militaire du Hamas, et a participé à l’extension de la portée des roquettes Qassam de 6 km à 22 km. Ses travaux se sont principalement concentrés sur les ailettes de stabilisation des roquettes et sur les chambres de combustible.

Il a également été impliqué dans la fabrication de différents types de projectiles, y compris des obus de mortier et plusieurs types de missiles.

L’acte d’accusation a été signifié en 2011, et l’instruction a pris près de quatre ans, puisque l’accusation a eu du mal à établir un lien direct entre les travaux d’Abu Sissi et les accusations de tentative d’assassinat.

L’accusé est titulaire d’un doctorat en génie électrique de l’Académie militaire de génie d’Ukraine ; il a également suivi des cours sur les systèmes de contrôle des missiles de type Scud.

Selon des médias internationaux, il a été enlevé lors d’un voyage en train à Kiev, où il se rendait avec sa femme pour demander un visa et immigrer au Ukraine. Il aurait ensuite été conduit par des agents israéliens, contre sa volonté, en Israël .

D’autres sources, citées par le quotidien israélien Haaretz, affirment qu’il aurait été arrêté par les autorités ukrainiennes – qui auraient coopéré avec les autorités israéliennes – avant d’être extradé.