Le cabinet bulgare a voté mercredi en faveur de l’approbation de la définition de l’antisémitisme avancée par l’Alliance internationale de commémoration de l’Holocauste (IHRA), qui avait été adoptée l’année dernière par le bureau de Berlin de l’Alliance.

Le cabinet a également nommé le ministre-adjoint aux Affaires étrangères Georg Georgiev au poste de coordinateur national de la lutte contre l’antisémitisme pour servir comme lien avec les autres pays et les organisations internationales en ce qui concerne la gestion du combat contre la haine anti-juive et les discours de haine plus généralement, a fait savoir le Sofia Globe.

La Bulgarie a été admise comme pays-observateur à l’IHRA au mois de décembre 2012 et effectue des démarches pour finaliser une pleine adhésion.

La définition de l’antisémitisme, adoptée par l’Alliance en 2016, est : « L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut s’exprimer comme une haine envers ces derniers. Les manifestations rhétoriques et physiques d’antisémitisme sont dirigées envers les individus juifs et non/juifs et/ou leurs biens, envers les institutions communautaires juives et les structures religieuses ».

L’IHRA comte actuellement 31 membres et 11 pays observateurs, dont la Bulgarie.