Le gouvernement français a affiché dimanche sa volonté de « faire de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une cause nationale », quelques jours après l’agression près de Paris d’un couple ciblé pour ses origines juives, qui a suscité l’indignation dans le pays.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a souligné « le sentiment d’inquiétude qui traverse la communauté juive de France », la plus importante d’Europe, face à une « véritable pathologie sociale », en nette recrudescence dans le pays.

« Nous devons faire de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une cause nationale en y associant toutes les administrations intéressées (…), les élus, les associations, les représentants des différents cultes », a-t-il déclaré.

Le ministre s’exprimait devant plusieurs centaines de personnes rassemblées à Créteil, dans la banlieue est de Paris, pour dénoncer l’agression six jours plus tôt dans cette ville d’un couple juif, dont la jeune femme a été violée et l’appartement cambriolé.

Selon les enquêteurs, les trois agresseurs « partaient de l’idée qu’être juif signifiait que l’on avait de l’argent ». Ils sont aussi soupçonnés d’avoir roué de coups début novembre, un septuagénaire de confession juive dans la même ville.

Leur acte a provoqué une vive émotion dans le pays et la communauté juive, amenant le président François Hollande à monter au créneau jeudi pour dénoncer « le pire » et « le mal » qui traversent la société française.

« Derrière ce crime, il y a un mal qui ronge la République et que nous devons combattre à tout prix », a renchéri dimanche Bernard Cazeneuve.

Le ministre a reconnu que « les actes et menaces antisémites » en France ont plus que doublé sur un an « au cours des dix premiers mois de l’année » et indiqué que « plus de 930 affaires ont fait l’objet de poursuites » au premier semestre.

« Les juifs se sentent en danger, certains quittent déjà la France », a pointé du doigt le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman.

« La République vous défendra de toutes ses forces (…), vous protégera toujours contre des actes et des paroles qui portent atteinte au socle même des valeurs qui la fondent », a assuré en retour M. Cazeneuve.

Forte de plus d’un demi-million de membres, la communauté juive de France est la troisième au monde derrière Israël et les Etats-Unis mais pour la première fois l’an dernier, la France est devenue le premier pays d’émigration vers l’Etat hébreu avec 4 566 migrants, un phénomène dû à une économie française en berne et un climat
d’ « antisémitisme décomplexé », selon des responsables juifs.