JTA – Le grand rabbinat d’Israël affirme que la liste de rabbins étrangers publiée ce week-end par JTA a été mal présentée, et qu’elle n’implique pas que l’on ne puisse pas faire confiance à ces rabbins pour attester de la judaïté des immigrants.

Mardi, Moshe Dagan, directeur général du rabbinat, a déclaré que la description de « liste noire » retrouvée dans la presse prêtait à confusion. Dans une lettre adressée au Conseil rabbinique orthodoxe d’Amérique que JTA s’est procurée, Dagan écrit que les lettres écrites par ces rabbins comme preuve de judaïté ont été rejetées pour différentes raisons, et que la liste remettait en cause les documents, et non les rabbins.

Dagan a ajouté que ces rejets pouvaient être temporaires.

« La liste a été rendue publique comme une ‘liste de rabbins non reconnus/non autorisés’ », a écrit Dagan en hébreu. Il s’agit en fait, a-t-il écrit, d’une liste de rabbins dont les lettres concernant un mariage n’ont pas été reconnues par la division sur le statut personnel et la conversion du grand rabbinat d’Israël, « pour quelque raison que ce soit ».

Le rabbin Rephael Frank, conseiller du grand rabbin ashkénaze d’Israël, a souligné que de nombreuses lettres avaient été rejetées non en raison du nom du rabbin qui les avaient signées, mais pour des irrégularités ou des soupçons de falsification.

« L’intention n’était pas de rejeter ces rabbins, mais plutôt que certains documents étaient entourés de questions et de doutes. Certains étaient suspectés d’être des faux, d’autres contenaient des éléments problématiques », a-t-il expliqué.