Le téléphone de Yishay Montgomery n’arrête pas de sonner. Dans les 24 heures après être devenu célèbre momentanément sous le nom de « guitar hero » d’Israël en essayant de frapper le terroriste Bashar Massalha sur la tête avec sa guitare acoustique, Montgomery, 26 ans, a été traqué par les médias lui demandant de raconter son histoire à plusieurs reprises.

Il y a aussi eu quelques nouvelles guitares données par des sympathisants en Israël et dans le monde entier.

« Cela devient de plus en plus bizarre. Il y a déjà deux guitares que je suis parvenu à ramasser et il y a beaucoup plus d’offres », a déclaré Montgomery mercredi. « Je cours de tous les côtés avec la presse. Je vais probablement me cogner contre un mur bientôt. Je n’ai pas eu une minute de sommeil depuis que c’est arrivé ».

L’attaque fatale au couteau qui a eu lieu mardi à Jaffa, a provoqué la mort du touriste américain Taylor Force et de graves blessures à 10 autres personnes. Tandis que Massalha fuyait le long de la promenade, Montgomery a réussi le frapper sur la tête avec sa guitare, réussissant momentanément à étourdir Massalha mais pas à le désarmer.

Yishai Montgomery (à gauche) et la guitare avec laquelle il a essayé d'arrêter un terroriste palestinien à Jaffa, le 8 mars 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Yishai Montgomery (à gauche) et la guitare avec laquelle il a essayé d’arrêter un terroriste palestinien à Jaffa, le 8 mars 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Tandis que les Israéliens sont à la recherche de réconfort et de normalité, l’histoire de Montgomery a été l’une des lueurs qui réchauffent le coeur, avec celle de Yonatan Azarihab, qui a été attaqué à Petah Tikva dans une attaque séparée plus tôt dans la journée.

Azarihab a réussi à retiré le couteau de son cou et à poignarder le terroriste qui l’a attaqué. Son agresseur est mort plus tard. Azarihab a été hospitalisé pour traumatisme dû à de multiples coups de couteau.

Yonatan Azarihab, qui a été poignardé dans une attaque terroriste à Petah Tikvah, le 8 mars 2016, à l'hôpital. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Yonatan Azarihab, qui a été poignardé dans une attaque terroriste à Petah Tikvah, le 8 mars 2016, à l’hôpital. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Depuis la couverture médiatique sur l’intervention à la guitare de Montgomery, les sympathisants en Israël et à travers le monde se sont précipités pour remplacer l’instrument en ruine de Montgomery. Les guitares Halilit sur la place Watchtower de Jaffa, près du site de l’attaque, a fait don d’une guitare à Montgomery en présence de Ynet. D’Angelico Guitars à New York a contacté The Times of Israel mercredi pour pouvoir être mis en contact avec Montgomery afin de lui envoyer une nouvelle guitare de New York.

Une campagne GoFundMe a recueilli près de 4 500 dollars au lendemain de l’attaque, avec plus de 200 supporters, qui ont l’intention d’acheter une guitare en Amérique et de l’amener en Israël à une date ultérieure.

Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)

Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)

Montgomery est rentré en Israël il y a seulement quelques mois, après avoir vécu dans les Rocheuses canadiennes et les zones rurales dans la région de Colombie-Britannique, au Canada. Son père est originaire du Texas – l’Etat d’origine de Taylor Force – et sa mère est canadienne.

« J’ai un peu le mal du pays en ce moment. Je suis assez nouveau en Israël », a déclaré Montgomery, qui a déjà vécu en Israël. « Je suis passé du quasi-isolement [rural] à la civilisation bruyante et animée avec un peu de violence, et je n’arrive pas vraiment à comprendre ce qui se passe ».

Comme ce nouvel arrivant a l’espoir de faire une carrière dans la musique, il reste pragmatique face à cette situation. « Cela ne me dérangerait pas d’être exposé parce que je suis un musicien et je veux enregistrer [un disque] », a-t-il admis.

Montgomery joue ce qu’il appelle un genre indéfinissable de musiques du monde et sa particularité est de jouer le didgeridoo et la guitare en même temps. Il cherche à collaborer avec d’autres musiciens et des percussionnistes mais comme il est encore en train de s’installer, il n’a pas encore de groupe ou de concerts prévus.

Montgomery a confié qu’il envisageait de rester à Tel Aviv jusqu’à ce que tout ce remue-ménage se calme puis il va réfléchir à la suite.

« Pour le moment, je vais juste suivre le courant après ce qui est arrivé, tout le monde veut un bout de ce qui se passe », a-t-il expliqué. Le pire était quand les journalistes criaient les uns sur les autres et sur lui. « Les gens veulent l’exclusivité et tout mais je suis juste ici pour raconter mon histoire. Mais vraiment, je ne peux même plus m’écouter parler ».

Depuis mardi, « je passe d’une interview à l’autre. Mon téléphone n’arrête pas de sonner, je ne sais plus où donner de la tête », explique le jeune homme en jeans à la barbe noire et aux cheveux tirés en arrière.

A certains moments, le garçon un peu bohème qui semble surtout jouer dans la rue par plaisir regrette le calme de son village proche d’Ashkélon.

Un sentiment vite dissipé par les offres d’enregistrements qu’il dit avoir reçues et qui pourraient donner un coup de pouce à sa carrière, au point mort depuis qu’il est rentré en janvier du Canada, où il a vécu de petits boulot pendant trois ans.

« Je n’ai pas de projets définis, je suis ouvert à tous les changements et toutes les propositions », dit-il.

« Je suis un gadget, demain tout le monde m’aura oublié », ajoute-t-il cependant.

« Mais ça m’est égal. J’adore les guitares, et on m’en a déjà donné quatre ! »

L’AFP a contribué à l’article.