Le Hamas a réussi à injecter des millions de dollars dans la bande de Gaza pour payer les salaires de milliers de travailleurs, a rapporté une agence de nouvelles basée à Gaza dimanche, après deux mois de paiements non effectués.

Selon le site d’informations palestinien Sawa, les salaires ont été remis à tous les membres de l’aile militaire du Hamas. Ceux des fonctionnaires doivent également être versés. Difficile de savoir comment le Hamas a réussi à transférer l’argent dans la bande, ou si l’initiative visait à apaiser l’agitation dans l’enclave palestinienne, pavant ainsi la voie à un cessez le feu.

Le paiement des salaires était l’une des principales revendications du Hamas pour un cessez-le feu dans le conflit avec Israël. L’Egypte devait tenter de négocier la fin de l’opération Bordure protectrice, lancée par Israël le 8 juillet pour stopper les tirs de roquettes depuis Gaza et détruire le réseau de tunnels, creusés par le Hamas sous la frontière et utilisé pour lancer des attentats à l’intérieur du territoire israélien.

Les salaires impayés des membres du Hamas étaient au centre d’un conflit majeur entre le Fatah et le Hamas, et un facteur important de la récente escalade dans la bande de Gaza.

La crise des salaires, qui tourmentait le Hamas depuis des mois, a aggravé le déficit financier le plus grave de l’histoire de l’organisation, causé par la destruction des tunnels de contrebande vers la frontière égyptienne.
À la mi-juillet, les Etats-Unis ont bloqué le transfert de fonds qataris destinés aux salaires des fonctionnaires recrutés par le Hamas à Gaza.

Une source diplomatique de cet Etat du Golfe, parlant sous couvert d’anonymat, avait affirmé à l’époque que le Qatar avait transféré des centaines de millions de dollars de la Banque arabe pour verser les salaires quelque 44 000 fonctionnaires du Hamas. Ces fonctionnaires – employés par le Hamas à Gaza depuis sa prise de contrôle de la bande en 2007 – étaient sans emploi suite à l’accord d’union avec le Fatah en mai.

Elhanan Miller a contribué à cet article.