Le Hamas a appelé les membres de sa branche armée en Cisjordanie à cibler des soldats et des civils israéliens dans le but d’améliorer le sort de ses prisonniers détenus dans les prisons israéliennes, a déclaré lundi, un porte-parole du parti.

« Nous appelons les hommes de la résistance en Cisjordanie, principalement les Brigades Al-Qassam, à accomplir leur devoir dans la protection des prisonniers en grève de la faim en ciblant les soldats de l’occupation et ses colons, » a écrit sur sa page Facebook lundi, le porte-parole du Hamas Hussam Badran.

« L’occupation doit payer un prix élevé par le sang de ses soldats et de ses colons jusqu’à ce qu’il soit convaincu de résoudre la question des prisonniers en grève de la faim. C’est la tâche de tout le monde, sur les plans individuel et organisationnel », écrit-il.

Les commentaires de Badran interviennent une semaine après la prestation de serment d’un gouvernement d’unité palestinienne à Ramallah, approuvé par les États-Unis et l’UE. Le dimanche, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a déclaré à la conférence de Herzliya qu’Israël doit soutenir le nouveau gouvernement palestinien « dans l’intérêt d’un futur accord de paix et d’un gouvernement légitime et représentatif. »

Quelque 125 prisonniers palestiniens de détention administrative en Israël ont entamé une grève de la faim il y a sept semaines pour protester contre leurs conditions de détention. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a exprimé son inquiétude la semaine dernière à propos de la santé des prisonniers.

La question des prisonniers a aussi exacerbé les tensions existantes entre le Hamas et le Fatah. Des manifestations de solidarité avec les prisonniers ont été organisées par le Hamas en Cisjordanie et ont été violemment réprimées par les forces de la sécurité de l’AP lundi. Les députés Hassan Youssef et Fathi Qar’awi ont été agressés.

Selon le site Internet du quotidien Al-Resalah du Hamas, les forces de sécurité de l’AP ont arrêté des voitures au cours d’une procession de solidarité à Ramallah, ont procédé à la confiscation des affiches et des drapeaux apportés par les automobilistes. Les policiers ont également arrêté le journaliste Musib Said, à qui on a confisqué sa carte de presse et sa caméra et on lui a demandé de supprimer les photos qu’il avait prises.

« La réconciliation est en danger en raison du comportement de l’AP, » a déclaré le député du Hamas Nayef Rajoub à Al-Resalah mardi.
L’attaque « préméditée » des forces de sécurité de l’AP sur les familles des grévistes de la faim était « un message clair à la réconciliation nationale » et « un puissant coup de poignard dans le dos du mouvement des prisonniers, » a accusé Rajoub.

Dans un communiqué publié sur son site mardi, le Hamas a qualifié l’agression sur ses députés « de violation grave et injustifiée qui ne sert seulement que l’occupation. »

Les salaires impayés de quelque 50 000 fonctionnaires nommés par le Hamas dans la bande de Gaza au cours des sept dernières années restent une autre pomme de discorde entre le Hamas et le Fatah.

Dans une conférence de presse tenue à Gaza lundi, un responsable du Hamas Khalil Al-Hayya a appelé le gouvernement d’unité à payer les salaires du Hamas, tout comme il l’a fait pour les salaires des fonctionnaires de l’AP vivant dans la bande de Gaza.

« Comment osez-vous vous précipiter pour payer des employés qui se sont arrêtés de travailler il y a 7 ans… tout en empêchant le paiement des salaires à ceux qui ont vraiment oeuvré sur le terrain pendant cette période ? Ce paradoxe peut-il exister peut-être même après la [fin] de la discoirde ? » demande Hayya….