Le groupe terrosite islamiste le Hamas a annoncé l’arrestation de « l’informateur le plus dangereux » avec Israël mardi, alors qu’un officiel accusait Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, d’avoir travaillé avec Israël pour faire assassiner des officiels du Hamas lors de l’Opération bordure protectrice.

Une source de la sécurité anonyme a déclaré au site web du Hamas, Al-Majd, que l’agent, arrêté par le mouvement alors qu’il venait de quitter Gaza vers Israël a été actif pendant 15 ans. Le document prétend que le service de sécurité israélien du Shin Bet considérait l’agent comme l’une de ces sources les plus expérimentées.

« L’informateur a été très impliqué dans la prise au piège de nouveaux informateurs à de nombreuses reprises, offrant à l’ennemi des noms de personnes que l’on peut faire chanter, ou à qui l’on peut offrir une assistance [financière] et médicale », expliquait la source.

L’homme fonctionnait aussi comme une « banque », distribuant de l’argent en secret à d’autres informateurs. Lors de deux dernières guerres à Gaza, il a essayé d’atteindre des officiels du Hamas, certainement afin de les exposer à des frappes aériennes israéliennes, et a tenté de révéler des lanceurs de roquettes, expliquait le site.

Le Hamas cherche depuis longtemps à mettre un terme au partenariat palestinien avec Israël, accordant parfois l’amnistie à des espions repentis et parfois en tuant des agents israéliens dans des exécutions publiques sommaires.

Dans le même temps, l’officiel du Hamas, Salah Bardawil, explique que son mouvement détient « des preuves accablantes » de l’implication des services de renseignement de l’Autorité palestinienne dans des assassinats ciblés israéliens lors de l’opération Bordure protectrice de l’été dernier.

« Nous avons vérifié les informations… que des documents, des photos et des coordonnées ont été transmis à l’entité sioniste par les services de renseignement [de l’Autorité palestinienne] et utilisés pour la banque de cibles [d’Israël], a accusé Bardawil. Des dizaines de cibles ont été bombardées, tuant de très nombreux Palestiniens du Hamas et du Fatah, puisqu’un avion ne peut pas distinguer entre un enfant et son frère ».

Bardawil a appelé Azzam Al-Ahmad, qui est en charge de la réconciliation avec le Hamas pour le compte d’Abbas, de venir à Gaza et d’observer les preuves par lui-même.