Le gouvernement palestinien de consensus n’a pas tenu ses engagements pour la reconstruction de la bande de Gaza, dévastée en juillet-août par un conflit avec Israël, a accusé un dirigeant du mouvement terroriste du Hamas Ismaïl Haniyeh.

M. Haniyeh avait démissionné de son poste de Premier ministre du gouvernement Hamas après l’intronisation en juin du nouveau cabinet d’union dont la formation avait scellé la fin des divisions politiques entre la Cisjordanie, dont l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas administre les zones autonomes, et Gaza dirigée par le Hamas.

S’exprimant tard lundi soir après l’arrivée d’une délégation ministérielle à Gaza, il a accusé le gouvernement d’union de ne pas « tenir ses engagements ni remplir sa mission en terme de reconstruction, d’unification des institutions sous la direction de l’Autorité palestinienne et d’organisation des élections ».

A l’origine chargé de créer une gouvernance unie sur l’ensemble des territoires et de préparer des élections, le gouvernement a vu son mandat s’alourdir après la guerre à Gaza (8 juillet-26 août).

Mais M. Haniyeh accuse le cabinet de marginaliser les habitants de Gaza, se disant « pas optimiste sur le fait que ses ministres remettent le train sur les rails ».

« Malheureusement, le gouvernement n’a pas réussi à prouver qu’il était celui de tout le peuple palestinien ».

L’arrivée lundi dans l’enclave palestinienne d’une importante délégation de ministres et responsables devait donner le coup d’envoi de la reconstruction, estimée à plusieurs milliards d’euros.