La police du Hamas a arrêté samedi un Palestinien accusé d’être un dirigeant d’un mouvement jihadiste, a indiqué une source de sécurité.

« Ce matin les forces de sécurité ont arrêté Nour Issa (27 ans), un dirigeant d’un mouvement déviant idéologiquement originaire du camp d’Al-Bureij dans le centre de Gaza, ainsi que d’autres personnes », a précisé cette source, utilisant l’expression habituelle du Hamas pour parler d’une organisation jihadiste, dont le groupe Etat islamique (EI).

Le service de sécurité intérieure du Hamas a confirmé sur sa page Facebook avoir procédé à plusieurs arrestations sans préciser le nombre exact d’interpellations et les identités de ces Palestiniens.

« L’un des dirigeants du groupe déviant a été arrêté, ainsi que d’autres personnes », a-t-il dit sans citer de nom.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, pendant une cérémonie d'hommage à Mohamed Zouari, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, pendant une cérémonie d’hommage à Mohamed Zouari, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Issa et trois autres Palestiniens s’étaient réunis au domicile de l’un des membres du mouvement à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, au moment où ils ont été arrêtés. De nombreuses armes ont également été trouvées, selon les médias israéliens.

Le Hamas, au pouvoir depuis dix ans dans la bande de Gaza, est contesté par des petits groupes, dont certains s’inspirent de l’EI.

Certains de ces groupes ont procédé à des tirs sporadiques de roquettes vers le sud d’Israël, violant ainsi la trêve informelle pour ce genre d’attaque décrétée par le Hamas.

En août, un Palestinien ayant des liens présumés avec l’EI s’était fait exploser dans le sud de la bande de Gaza à la frontière égyptienne, tuant un garde du Hamas, qui a procédé ensuite à des arrestations.