Le Hamas envisage de confier le contrôle des points de passage, situées dans la bande de Gaza, le long de ses frontières avec l’Egypte et Israël à des entreprises privées, a déclaré samedi un responsable du Hamas.

Cette décision lui permet de lutter contre la crise économique qui s’aggrave dans son territoire. Le mouvement terroriste veut ainsi créer plus d’emplois et cherche à rationaliser le transfert de marchandises transitant par les points de passage, selon le ministre de l’Economie du Hamas, Alaa Rafati.

« Diriger les passages sera la mission du secteur privé », a déclaré Rafati, selon l’agence de nouvelles Xinua. « Le rôle du gouvernement est de présenter des politiques, des lois et des législations, et créer un climat propice à l’exploitation des points de passage. »

Une telle démarche devrait être coordonnée avec l’aide de l’Autorité palestinienne, qui n’a pas reçu de demande officielle du Hamas.

L’économie de Gaza a beaucoup souffert ces derniers mois depuis que l’armée égyptienne a lancé une campagne à la fin de 2013 visant à fermer les tunnels de contrebande.

Ces tunnels sont des sources de revenu essentielles, en termes de gaz et pour d’autres produits pour le Hamas et les résidents de la bande de Gaza. Mais ils servent aussi au transfert d’armes.

Depuis que le Hamas s’est emparé du pouvoir dans l’enclave de Gaza, Israël y fait peser un strict blocus. En novembre, la seule centrale électrique de Gaza a été contraint d’arrêter exploitation en raison d’une pénurie de carburant.