Le Hamas interdit les fêtes du Nouvel An à Gaza
Rechercher

Le Hamas interdit les fêtes du Nouvel An à Gaza

Les fêtes du Nouvel An sont "incompatibles avec nos us, coutumes, valeurs et enseignements de notre religion", selon al-Batinji

Des écolières palestiniennes traversant un pont dans la bande de Gaza, alors que la silhouette de la centrale électrique de la bande de Gaza est vu en l'arrière-plan. Photo d'archives (Crédit : Marco Longari / AFP)
Des écolières palestiniennes traversant un pont dans la bande de Gaza, alors que la silhouette de la centrale électrique de la bande de Gaza est vu en l'arrière-plan. Photo d'archives (Crédit : Marco Longari / AFP)

Le groupe islamiste terroriste palestinien Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, a interdit dans cette enclave palestinienne les fêtes du Nouvel An dans les lieux publics en invoquant leur offense aux « valeurs et traditions religieuses », a indiqué la police mercredi.

« Le ministère de l’Intérieur et le département de la police n’ont accordé d’autorisation à aucun restaurant, hôtel ou salle pour (célébrer) les fêtes de fin d’année », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police Aymane al-Batinji, plusieurs demandes d’autorisation ayant été soumises aux autorités.

Il a expliqué que les célébrations du Nouvel An étaient « incompatibles avec nos us, coutumes, valeurs et enseignements de notre religion ».

Les fêtes ont aussi été interdites en « solidarité avec les familles des martyrs [terroristes morts en perpétrant des attaques au nom de la ‘résistance’] de l’Intifada de Jérusalem », a ajouté Batinji, en référence aux violences ayant secoué notamment la Ville sainte et la Cisjordanie ces derniers mois, réveillant le spectre d’une nouvelle intifada.

Au cours des années précédentes, les restaurants, hôtels et cafés de la bande de Gaza étaient autorisés à organiser des évènements célébrant le Nouvel An.

Une source proche de la police de l’enclave palestinienne a affirmé que les forces de sécurité mettraient fin à toute « fête non autorisée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...