Le groupe terroriste palestinien Hamas a lancé vendredi une campagne sur Twitter visant à améliorer son image mais l’initiative a été vite accueillie par une vague de critiques et de moqueries.

Le groupe, qui contrôle la bande de Gaza, a indiqué que sa campagne en anglais « #AskHamas » était destinée à recevoir des questions des utilisateurs des réseaux sociaux auxquelles des responsables répondraient.

La campagne a par ailleurs été lancée pour coïncider avec la date limite de l’appel de l’Union européenne contre le retrait du Hamas de la liste européenne des organisations terroristes, a précisé le mouvement terroriste.

La justice européenne avait ordonné en décembre, pour vice de procédure, le retrait du mouvement islamiste de cette liste, qui y avait été inscrit en 2001 après les attentats du 11-Septembre. L’Union européenne avait annoncé en janvier qu’elle ferait appel de cette décision.

« La campagne #AskHamas commencera vendredi et durera cinq jours », a indiqué un communiqué du Hamas en arabe posté sur la page officielle Facebook d’un responsable du Hamas, Taher al-Nounou.

« Cela vise à envoyer un message au public européen (…) qui a affiché sa solidarité avec la cause palestinienne : le Hamas n’est pas un mouvement terroriste, mais un mouvement de libération nationale », est-il indiqué, en référence aux manifestations en Europe contre la guerre menée par Israël l’été dernier contre les groupes armés palestiniens à Gaza.

M. Nounou a posté un lien sur le compte Twitter @HamasInfoEn, qui montre des photos des responsables qui sont censés répondre aux questions, dont l’ancien Premier ministre du Hamas Ismaïl Haniyeh.

Mais avant même que la campagne ne soit officiellement lancée, des utilisateurs de Twitter postaient déjà des messages moqueurs sous le hashtag #AskHamas.

« Si un arbre tombe dans une forêt et qu’il n’y a personne pour l’entendre tomber, est-ce quand même de la faute d’Israël », s’interroge ainsi un internaute.

« Préférez-vous combattre un canard de la taille d’un cheval ou cent chevaux de la taille d’un canard ? », se moque un autre.

Le Hamas s’attendait apparemment à ce que des internautes tentent de perturber sa campagne. « Des propagandistes sionistes vont tenter de vous convaincre qu’il s’agit d’une roquette, pas d’un tweet. Ne tombez pas dans le panneau », a-t-il averti sur Twitter.

Vendredi, le mouvement n’avait pas encore répondu aux questions des internautes.

Un compte parodique @AskHamas a commencé à répliquer avec des réponses satiriques mais @HamasInfoEn a souligné qu’il était le seul compte tweeter officiel de la campagne du mouvement terroriste.