Le gouvernement du Hamas à Gaza a accusé mardi une agence de l’ONU d’avoir imprimé et distribué illégalement des manuels scolaires traitant des droits de l’Homme d’une manière qui auraient offensé la sensibilité culturelle palestinienne.

Le porte-parole du ministère de l’Éducation, Mutasim Al-Minawi a indiqué que l’UNWRA, une agence de l’ONU chargée d’offrir du travail et une éducation aux réfugiés palestiniens ainsi qu’à leurs descendants, a proposé trois manuels scolaires en 2012 sur les droits de l’Homme pour les années de collège de 5ème à la 3ème.

Les livres ont été rejetés par le ministère. Selon M. Al-Minawi, le Hamas avait suggéré une série de changements, mais l’UNRWA n’a pris en compte que 30 à 40% de ceux-ci.

L’UNRWA est l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche Orient [United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East].

Lorsque le ministère de l’Éducation a entrepris de publier ses propres manuels sur le sujet, il a découvert que l’UNRWA avait déjà imprimé ses livres « déficients » et les avait distribués aux étudiants sans avoir consulter le ministère.

« L’UNRWA a agi comme un État dans un État, » a commenté Al Minawi dans un communiqué de presse. « Ils doivent comprendre les limites de leur autorité. Ils sont tenus de respecter le programme enseigné dans leurs domaines d’activité. »

Il ne s’agit pas du premier conflit entre le Hamas et l’UNRWA après que l’organisation ait introduit de nouvelles matières qui ne plaisaient pas au Hamas.

En 2009, le Hamas – qui a pris le contrôle de la bande de Gaza après un coup d’État violent en 2007 – avait refusé l’introduction d’un cours sur l’Holocauste pour les classes de 4ème dans les écoles de l’UNRWA.

L’UNRWA dirige 245 écoles dans la bande de Gaza, éduquant 232 384 élèves, soit presque la moitié du total des écoles de la bande de Gaza. Environ 1,2 million des résidents de Gaza sont enregistré à l’UNRWA comme réfugiés, sur un total de la population estimé à 1,7 million.

Al Minawi a détaillé les raisons du refus de son ministère vis-à-vis du programme enseigné par l’agence onusienne. En premier lieu, a-t-il argumenté, le programme était « complètement détaché de la réalité d’un élève arabe musulman palestinien. »

L’UNRWA dirige 245 écoles dans la bande de Gaza, éduquant 232 384 élèves, soit presque la moitié du total des écoles de la bande de Gaza. Environ 1,2 millions des résidents de Gaza sont enregistré à l’UNRWA comme réfugiés, sur un total de la population estimé à 1.7 millions.

« La vaste majorité des exemples [dans les livres] font référence à [Mahatma] Gandhi, Martin Luther King, Rosa Parks, Helen Suzman, au soulèvement de Soweto, la Magna Carta et l’Apartheid, même si des alternatives islamiques arabo-palestiniennes existent, » a commenté Al Minawi.

« Il y a beaucoup d’exemples qui pourraient être utilisés et qui seront plus compréhensibles pour les élèves. »

L’histoire des Palestiniens y est aussi marginalisée, se plaint Al Minawi ; présentée de manière « superficielle » et « faussée. »

Par exemple, la raison donnée pour la Nakba, ou la « catastrophe » palestinienne de la création d’Israël, est l’alliance de l’empire Ottoman et des Allemands pendant la Première Guerre mondiale plutôt que « l’occupant sioniste. »

Mais peut-être pire que tout, les livres se concentrent sur le fait que la « résistance pacifique est le seul moyen d’atteindre la liberté et l’indépendance. »

« L’ensemble du programme des classes de 4ème, n’est « pas dédié aux droits de l’Homme mais destiné à domestiquer la mentalité des élèves palestiniens, encourageant des sentiments négatifs vis-à-vis de la résistance armée, » se lamente Al Minawi,

« L’ensemble du programme des 4ème, n’est « pas dédié aux droits de l’Homme mais destiné à domestiquer la mentalité des élèves palestiniens, encourageant des sentiments négatifs vis-à-vis de la résistance armée, »

Mutasim Al-Minawi

Un communiqué de presse publié sur le site du ministère de l’Éducation mardi invitait l’UNRWA à arrêter l’enseignement de leur curriculum actuel sur les droits de l’Homme et à récupérer les livres distribués.

Il était aussi demandé aux enseignants « loyaux à la nation et dotés de conscience » de refuser d’enseigner la matière qui « contamine les esprits de nos chers élèves. »

Cependant, l’agence de l’ONU a refusé de se plier aux exigences du Hamas, précisant qu’elle continuera à enseigner le même programme.

« L’UNRWA n’a aucune intention de changer son programme d’éducation à Gaza, » a indiqué Chris Gunness, un porte-parole de l’UNRWA au Times of Israel dans une réponse écrite.

M. Gunness a souligné que les droits de l’Homme sont enseignés dans toutes les écoles de l’UNRWA du CP à la 3ème, en incluant un débat sur la déclaration universelle des droits de l’Homme.

« Le système d’éducation de l’UNRWA a pour base le curriculum enseigné par l’Autorité palestinienne et nous utilisons donc ses manuels scolaires pour préparer les enfants à Gaza aux examens publics, » a-t-il ajouté.

« De plus, nous enrichissons nos programmes d’éducation à Gaza avec un curriculum convenu sur les droits de l’Homme, qui a été développé avec les communautés que nous servons : avec des éducateurs, des groupes de parents, des associations d’enseignants, du personnel et d’autres personnes. Nous avons fait tout notre possible pour développer ces matières en restant sensibles aux valeurs locales et fidèles aux valeurs universelles sur lesquelles s’appuie notre travail aux Nations unies. »