Un membre important du bureau politique du Hamas a menacé Israël lundi d’une « explosion » de violence si Israël ne levait pas au moins en partie le blocus de la bande de Gaza.

La bande de Gaza souffre d’un important taux de chômage, d’un manque de logements, et, selon les Nations unies et d’autres organisations, de l’effondrement de son infrastructure pour l’eau, les égouts et l’électricité.

« Si Israël ne cesse pas son siège de Gaza, alors une explosion aura lieu », a déclaré Fathi Hamad lors d’un rassemblement devant le siège des Nations unies dans la bande de Gaza.

Le Hamas est un groupe terroriste qui cherche la destruction d’Israël. Le Hamas a mené trois guerres contre Israël depuis qu’il a pris le pouvoir à Gaza en 2007. Au fil des ans, l’organisation a tiré des milliers de roquettes, construit des tunnels sous la frontière pour mener des attaques, et orchestré des attentats suicides qui ont tué des centaines d’Israéliens.

Fathi Hamad a crié le slogan « cessez le siège ou c’est l’explosion », repris par la suite par les participants du rassemblement, d’après un enregistrement de son discours publié sur le site d’information du Hamas Al Aqsa Voice.

Fathi Hammad, membre du bureau politique du Hamas, sur Al-Aqsa TV, le 8 décembre 2016. (Crédit : capture d'écran MEMRI)

Fathi Hammad, membre du bureau politique du Hamas, sur Al-Aqsa TV, le 8 décembre 2016. (Crédit : capture d’écran MEMRI)

« Les caractéristiques de cette explosion ont déjà commencé à apparaitre dans de nombreux endroits, a ajouté Hamad sans donner plus de précisions. L’explosion du peuple de Cisjordanie et de Gaza touchera quiconque nous assiège et nous barre le chemin. »

Israël a connu ces dernières semaines une hausse du nombre d’attaques à la roquette en provenance de Gaza. La plupart de ces roquettes auraient été tirées par des groupes sympathisants de l’Etat islamique, et non par le Hamas.

Le Shin Bet a arrêté deux Palestiniens en Cisjordanie, soupçonnés de prévoir des attentats au nom du Hamas, a annoncé l’agence de sécurité dimanche.

Hamad a en particulier critiqué ce qu’il appelle les politiques israéliennes conçues pour empêcher la reconstruction de la bande de Gaza après la guerre dévastatrice entre le Hamas et Israël à l’été 2014. Il a également dénoncé les restrictions de voyage imposées aux Gazaouis par l’Etat juif.

Il a ajouté que les Gazaouis n’accepteraient plus de vivre sans port ni aéroport.

Israël affirme que le blocus est essentiel pour empêcher les terroristes d’obtenir les matériaux de fortification de leurs positions militaires, de creuser des tunnels et de construire des roquettes tirées sur l’Etat juif.

Frappes aériennes israéliennes sur une position du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, après un tir de roquette contre Israël, le 6 février 2017. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Frappes aériennes israéliennes sur une position du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, après un tir de roquette contre Israël, le 6 février 2017. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Israël et l’Egypte ont imposé un blocus sur la bande de Gaza lorsque le Hamas y a violemment pris le pouvoir en 2007 sur l’Autorité palestinienne, internationalement soutenue. De multiples tentatives de réconciliation entre les gouvernements de Gaza et de la Cisjordanie ont échoué.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle adoucirait les restrictions sur l’enclave si le Hamas cessait d’appeler à la destruction d’Israël, et d’utiliser les matériaux importés pour construire son arsenal.

Yisrael Katz, ministre des Renseignements et des Transports, pendant la Conférence d'Herzliya, le16 juin 2016. (Crédit : Adi Cohen Zedek)

Yisrael Katz, ministre des Renseignements et des Transports, pendant la Conférence d’Herzliya, le16 juin 2016. (Crédit : Adi Cohen Zedek)

Yisrael Katz, le ministre des Transports et des Renseignements, a déclaré vendredi qu’il promouvrait une proposition de construction d’une île artificielle avec un port et peut-être un aéroport au large de la côte de la bande de Gaza. Cela pourrait alléger les difficultés du territoire et offrir aux habitants leur premier pont avec le monde extérieur depuis une décennie.

Hamad est connu comme l’une des figures les plus radicales du Hamas aujourd’hui. Il est le suspect d’une série d’attentats aux abords des maisons d’agents du Fatah, mouvement rival du Hamas, et serait en contact avec des organisations salafistes et des combattants de l’Etat islamique dans la péninsule du Sinaï.

Il est considéré comme l’un des responsables du Hamas les plus puissants dans la bande de Gaza, et agit souvent indépendamment de la branche politique du groupe terroriste.

En septembre 2016, les Etats-Unis ont ajouté Hamad à leur liste des « terroristes mondiaux ».

Des agences ont contribué à cet article.