L’organisation terroriste du Hamas qui gouverne la bande de Gaza aurait indiqué samedi qu’elle ne voulait ni ne s’attendait à une autre guerre contre Israël, malgré des tensions accrues ces derniers mois concernant la réduction de l’approvisionnement en électricité dans la bande.

« Nous, au Hamas, nous n’initions pas des guerres et nous ne nous attendons pas à ce qu’il y en ait une, c’est notre jugement politique », a déclaré Khalil al-Hayya, numéro deux du Hamas, à des journalistes à Gaza selon Reuters.

« Nous ne nous attendons pas à une autre guerre parce que nous ne sommes pas intéressés et l’occupation dit également ne pas être intéressée », a-t-il ajouté, faisant allusion à Israël.

Hayya a également indiqué dimanche que le groupe terroriste travaille avec l’Egypte pour sécuriser ses frontières.

Un contrebandier palestinien dans un tunnel le long de la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, à Rafah, dans le sud de la bande, le 4 octobre 2012. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash 90)

Un contrebandier palestinien dans un tunnel le long de la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte, à Rafah, dans le sud de la bande, le 4 octobre 2012. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash 90)

« La sécurisation des frontières est un intérêt conjoint. Nous sommes désireux de prévenir toute difficulté pour entrer en Egypte depuis Gaza et nous avons la détermination et la capacité de le faire », a-t-il ajouté.

L’Egypte, qui contrôle la frontière sud de la bande de Gaza, a été à couteaux tirés avec le Hamas en raison de ce qui est perçu comme un soutien apporté aux membres des Frères musulmans et à l’insurrection islamique dans la péninsule du Sinaï.

Le Hamas possède des dizaines de tunnels de contrebande sous la frontière de Rafah, que l’Egypte tente fréquemment de fermer.

Ces propos apaisants du Hamas surviennent après les mises en garde lancées par le groupe la semaine dernière, avertissant que la réduction de la fourniture d’électricité pourrait mener à une « explosion ».