Le Hamas poursuivra le combat contre Israël dans la bande de Gaza jusqu’à ce que ses « objectifs soient atteints », a dit à l’AFP un porte-parole du mouvement islamiste dans l’enclave palestinienne, Fawzi Barhum.

« Nous poursuivrons notre résistance jusqu’à ce que nos objectifs soient atteints. Netanyahu veut faussement revendiquer une victoire de son gouvernement et de son armée », a jugé Fawzi Barhum qui s’exprimait après l’annonce par le Premier ministre israélien de la poursuite des opérations « aussi longtemps que nécessaire ».

Une délégation palestinienne est arrivée au Caire samedi pour discuter d’une trêve entre le Hamas et Israël dans la bande de Gaza, en dépit du refus israélien d’envoyer une délégation en Egypte.

La délégation palestinienne, qui compte en particulier Majed Faraj, le chef de la sécurité de l’Autorité palestinienne, sera rejointe par des responsable du mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza. Elle doit rencontrer des responsables égyptiens dimanche.

L’envoyé américain au Moyen-Orient Frank Lowenstein est également attendu au Caire pour des discussions visant à mettre fin à un conflit qui, en 26 jours, a fait plus de 1 660 morts palestiniens et déplacé près d’un quart de la population de l’enclave palestinienne. Côté israélien, 63 soldats et trois civils ont perdu la vie.

Des discussions étaient prévues dans la capitale égyptienne après l’annonce dans la nuit de jeudi à vendredi d’un cessez-le-feu accepté pour la première fois aussi bien par Israël que par le Hamas.

Israéliens et Palestiniens devaient les mener séparément avec les Egyptiens pour parvenir à une cessation durable des hostilités. Mais le cessez-le-feu a volé en éclat en quelques heures, après la disparition d’un soldat dont Israël pense qu’il a été enlevé par le Hamas.

Le cabinet de sécurité israélien a décidé samedi de ne pas envoyer dans l’immédiat de délégation au Caire. « Trouver un arrangement n’intéresse pas le Hamas qui ne fait que se moquer de la communauté internationale », a assuré la radio de l’armée, en citant un haut responsable politique.

Israël a néanmoins commencé à retirer ses troupes de certaines zones.