Suite à une série d’événements qui ont ravivé les tensions entre Israël et Gaza, le Hamas a annoncé qu’il maintiendra le cessez-le-feu si Israël fait de même.

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, leader du groupe à Gaza, a déclaré vendredi que le Hamas a l’intention de respecter toutes les ententes convenues suite à l’opération Bordure protectrice, le conflit de 50 jours de cet été, à condition qu’Israël fasse de même.

« Il est clair que nous sommes engagés au maintien du calme tant que l’occupant israélien s’y engage aussi », a-t-il déclaré aux médias palestiniens.

Selon la Deuxième chaîne, Haniyeh a annoncé que « des négociations sont en cours avec l’Egypte et d’autres parties afin de forcer Israël à respecter ses accords ».

Le chef gazaouite a également appelé Le Caire à rouvrir le passage de Rafah, le seul passage à la frontière entre l’Egypte et l’enclave côtière, ajoutant que la sécurité et la stabilité de l’Egypte restaient la priorité du groupe.

Selon un autre rapport de la Deuxième chaîne, le Qatar, Etat du Golfe riche en énergie et principal financier du Hamas, aurait temporairement suspendu l’aide au mouvement pour l’inciter à mettre fin à son soutien à une activité djihadiste dans la péninsule du Sinaï. Le rapport non confirmé est basé sur les déclarations de sources de sécurité égyptiennes au journal koweïtien Al-Jarida.

Mercredi, un soldat israélien a été grièvement blessé le long de la frontière de Gaza après avoir été touché à la poitrine par un tireur embusqué. Le tir a déclenché une fusillade transfrontalière entre Tsahal et des hommes armés palestiniens dans la bande. La situation s’est dégradée quand un obus de tank de Tsahal a frappé une position du Hamas dans la ville de Khan Younis, tuant un commandant du Hamas et blessant trois autres membres du mouvement.

Les forces aériennes de Tsahal ont réagi par un raid sur des cibles dans le territoire palestinien plus tard dans la nuit.

Même si le Hamas a annoncé son souhait de restaurer un état de calme relatif, Jérusalem a dépêché deux batteries de Dôme de fer dans les villes du sud de Netivot et Beer Sheva, jeudi soir.

Si aucune raison officielle n’a été donnée pour une présence de systèmes de défense antimissile, cette mesure intervient moins d’une semaine après le tir d’une roquette Kassam, tombée dans une zone ouverte de la région d’Eshkol – le troisième depuis le cessez-le-feu du 26 août.