Le Hamas aurait fomenté une série d’attaques terroristes contre Israël et l’Autorité palestinienne dans un avenir proche. Ses projets ont été sabordés suite à l’arrestation de plus de 250 membres du Hamas par les forces de sécurité de l’AP en Cisjordanie, a déclaré un responsable palestinien au Times of Israel.

Les cellules du Hamas ont prévu de kidnapper des Israéliens, d’incendier des véhicules sur des artères principales de Cisjordanie, de lancer des attaques contre des postes de contrôle de Tsahal et d’assassiner de hauts responsables sécuritaires de l’AP.

Les terroristes appartiennent à un groupe de vétérans du Hamas, connu comme le « Bureau de Cisjordanie », composé d’anciens détenus de Cisjordanie, libérés des prisons israéliennes vers la bande de Gaza dans l’accord de Gilad Shalit en 2011. Les cellules terroristes sont gérées par un haut responsable du Hamas, Saleh Al-Arouri.

Le but, dit le responsable de l’AP, était de détériorer les liens entre Israël et l’AP, et d’inciter Israël à lancer une action drastique qui enflammerait la Cisjordanie.

L’AP a confisqué des fonds, des armes et des explosifs en possession de membres du Hamas.

Plus tôt ce mois, le Hamas a affirmé que plus de 200 de ses membres ont récemment été arrêtés par l’AP. La plupart ont été torturés, creusant un fossé entre les factions palestiniennes.

« Les membres du Hamas en Cisjordanie occupée sont soumis à la pire campagne d’arrestations – la plus importante et la plus longue », a déclaré le responsable du Hamas Abdurahman Shadid aux journalistes.

Selon lui, plus de 200 membres ont été arrêtés depuis le 2 juillet en Cisjordanie et « la plupart ont été sévèrement torturés ».

Si l’Autorité palestinienne n’a pas immédiatement répondu aux allégations, l’un de ses responsables a déclaré la semaine dernière que près de 100 membres du Hamas avaient été arrêtés. Un responsable de l’Autorité palestinienne a déclaré à l’AFP que près de 100 membres du Hamas avaient été arrêtés, soupçonnés de projeter des attaques sur l’AP.

Le porte-parole du Hamas Sami Abu Zuhri a qualifié les accusations de « couverture pour des arrestations politiques ».

L’AFP a contribué à cet article