Le Hamas a promis dimanche de « renforcer la résistance » en Cisjordanie, où il a accusé l’Autorité palestinienne, dirigée par Mahmoud Abbas, le chef de son rival, le Fatah, de mener une « campagne d’arrestations » contre ses membres.

Lors d’une conférence de presse à Gaza, Sami Abou Zouhri, porte-parole du mouvement terroriste, a affirmé que « la résistance va se poursuivre et se renforcer et l’occupant ne jouira pas longtemps de la sécurité que lui offre les forces de l’ordre de l’Autorité palestinienne via leur coopération sécuritaire ».

En Cisjordanie, et depuis près de vingt ans, Palestiniens et Israéliens sont liés par des accords sécuritaires, régulièrement dénoncés par le Hamas comme ayant transformé les policiers palestiniens en « supplétifs » des forces de sécurité israéliennes dans les territoires sous contrôle palestinien.

« Les forces de la résistance ne resteront pas les bras croisés face aux crimes de l’occupant contre la mosquée Al-Aqsa et la judaïsation » du mont du Temple et de Jérusalem, a encore promis M. Abou Zouhri, alors que les tensions ont récemment gagné le Lieu saint ultra-sensible.

M. Abou Zouhri a également dénoncé la répression des manifestations organisées à travers la Cisjordanie au cours desquelles les forces palestiniennes procèdent régulièrement à des arrestations. Selon le porte-parole, « 80 membres du Hamas ont été emprisonnés depuis début novembre et plusieurs ont lancé une grève illimitée de la faim ».

Le Hamas et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) qui chapeaute l’Autorité palestinienne ont conclu au printemps un accord de réconciliation. Cependant le Hamas continue de contrôler de facto la bande de Gaza : le gouvernement d’union qu’ils ont formé affirme ne pas pouvoir exercer son autorité à Gaza, où le Hamas exerce de fait toujours son pouvoir.