La branche armée du Hamas est en train de reconstruire un tunnel d’attaque endommagé par Israël lors de l’opération Bordure protectrice, a rapporté dimanche le journal du mouvement, en admettant que les travaux de rénovation ont été réalisés sur le tunnel en plein cessez-le-feu humanitaire.

Un journaliste de Al-Resalah a rejoint une équipe qui a creusé des tunnels sur la frontière de la bande de Gaza avec Israël, mais n’a pas été autorisé à entrer dans le tunnel de peur qu’il ne s’effondre.

Les hommes du chantier, qu’il a décrits telles « des abeilles dans une ruche » ont déclaré qu’ils étaient motivés par la conviction que « chaque centimètre qu’ils creusaient aidait à verser le sang d’un soldat israélien ou à en kidnapper un. »

Les « creuseurs » assemblés à l’entrée du tunnel au coucher du soleil ont dit au journaliste que la respiration est difficile, sous la terre. « Nous remercions Dieu de nous avoir permis d’être des soldats spécialisés dans les tunnels, » a déclaré au quotidien l’un des participants.

« Certes, le travail est difficile, mais nous nous souvenons de la récompense venant de Dieu et cela devient plus facile. »

Israël a lancé une offensive terrestre dans la bande de Gaza le 17 juillet, dans le but de détruire des dizaines de tunnels conçus pour des attaques à grande échelle et pour enlever des soldats israéliens le long de la frontière israélienne. Israël avait intercepté 13 membres du Hamas qui étaient entrés dans le pays à travers un tunnel, et émergés près du kibboutz de Sufa.

À la fin de la guerre de Gaza, le 26 août, l’armée israélienne a affirmé avoir détruit tous les 31 tunnels connus menant à la frontière, mais les officiers supérieurs ont admis qu’ « un ou deux » tunnels seraient passés inaperçus.

Lors d’une tournée d’un tunnel exposé au grand jour la semaine dernière, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est dit « choqué par les tunnels utilisés pour l’infiltration de terroristes » mais n’a pas été pour autant jusqu’à appeler à un désarmement du Hamas.

En effet, un porte-parole des brigades Ezzedine Al-Qassam du Hamas a indiqué lors d’un rassemblement à Gaza le 9 octobre que le Hamas maintenait encore ses possibilités de tunnels offensifs, appelant les jeunes hommes à rejoindre les rangs des « combattants » du Hamas.

« Les hommes d’Al-Qassam vont très bien ; les armes d’Al-Qassam vont très bien ; les tunnels d’Al-Qassam vont très bien, Dieu merci, » a-t-il affirmé. « Nos hommes vont commencer la prochaine bataille avec leurs pieds sur le sol de Nahal Oz [un kibboutz israélien]… et sur les autres colonies à la périphérie de la bande de Gaza. »

Abou Khaled, le commandant de l’équipe du Hamas destinée à creuser les tunnels, a déclaré à Al-Resalah que la construction du tunnel avait commencé il y a quelques années, mais qu’elle avait été interrompue à plusieurs reprises « en raison de la situation sécuritaire difficile. »

Il a dit que le tunnel avait été bombardé par Tsahal après qu’un groupe de combattants armés du Hamas avait été détecté et qui voulait s’attaquer à une patrouille de Tsahal, mais que le tunnel avait été reconstruit « pendant un des cessez-le-feu humanitaires au cours de la guerre. »

Un « combattant » a déclaré que lui et ses collègues avaient passé 12 jours dans le tunnel et a écrit sur ​​son mur : « Nous voulons soit mourir comme des martyrs sous terre, soit gagner à la surface. »